Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Un visage pour l'éternité

 
  Lewis, Clive Stapples
Edition : Le Livre de Poche 2007, 320 pages ISBN : 978-2-253-11859-6 6
 

Orual, fille aînée fort laide du roi de Glome, s'entend bien avec Redival, sa jolie cadette, jusqu'à la naissance de leur demi-soeur, la petite Istra, c'est-à-dire Psyché, en grec, dont la mère meurt en la mettant au monde. Alors vont commencer les plus belles années de sa vie, entre Istra et leur précepteur grec, le Renard, malgré les colères occasionnelles du roi.
Cependant, quand les malheurs s'abattent sur le royaume, Istra doit être sacrifiée au dieu de la Montagne Grise, et elle disparaît. Orual ne peut supporter que sa jeune et ravissante soeur, son seul bien, lui soit enlevée et, alors même qu'elle est devenue une reine puissante et sage, elle va rédiger un violent réquisitoire contre les dieux.

Libre réécriture du mythe de Psyché et Eros conté par Apulée, que l'auteur rappelle en note à la fin du volume, ce roman est une oeuvre de fantasy forte, et originale à plus d'un titre. Par ses sources, d'abord, puisque la mythologie grecque a été encore assez peu exploitée en fantasy, si l'on excepte Thomas Burnett Swann et Gene Wolfe. Par ses personnages ensuite, beaucoup plus fouillés qu'un bref résumé ou un survol rapide ne porteraient à le croire : qu'il suffise de souligner que peu de textes de fiction ont pour narratrice et héroïne une femme laide, par exemple. Le retournement de la symbolique du voile, par lequel Orual trouve sa liberté, est également surprenant, même si l'auteur, mort en 1963, ne pouvait prévoir combien ce trait attirerait l'attention plus tard.

L'action, qu'elle soit rapportée ou vécue en direct, ne faiblit pas, sans que lui nuise la réflexion à la fois éthique et psychologique sur les différentes formes d'amour, et sur ce que nous faisons à ceux que nous aimons. En somme un passionnant roman de fantasy, très adulte, et qu'on trouvera plaisr et profit à lire, méditer et relire durablement.

Ecrite par Mureliane, le 10 Avril 2007 à 11:04 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb