Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Toi lumière de ma nuit

 
  Grenier, Christian & Camprubi, Krystal
Edition : Porte Lune Productions, Collection : Albireo 2008, 112 pages ISBN : 978-2-9528-4441-3 33
 

Onir se réveille, et comme tous les matins il déteste cela, replonger dans la réalité. Il faut dire aussi que chaque matin, sa réalité est différente de celle de la veille. Que sera-t-il aujourd'hui ? Les divers papiers sur la table de nuit semblent indiquer qu'il est un conducteur de rame de métro à Paris. Fort bien, il devra donc s'en acquitter pour la journée, et côtoyer une mère qu'il ne connait pas, et des collègues dont il ignore tout. Seul son nom et son corps demeure. Et, récemment, son rêve.

Enfin un rêve, un lieu ou peut-être plus une simple ambiance. Une simple prairie. Onir espère que ses songes pourront lui offrir une stabilité qu'il ne possède pas en journée. Et une espérance aussi, tant il est persuadé qu'en ces lieux quelqu'un l'attend. Pourtant dans ce Paris, parmi tous ceux qu'il a parcouru, a ceci de particulier qu'un visage le regarde malicieusement. Une simple petite fille, qu'il ne connait pas, mais qui ne le quitte pas des yeux. De retour dans le sommeil, cette fois Onir rencontre une jeune flûtiste, cette fameuse fille, mais semblant plus âgée. Ses révélations provoquent en Onir une grande perplexité. Ce rêve, c'est son véritable univers et il en était le maître naguère.

Puisque c'est la nouvelle année, quoi de mieux que de commencer par prendre de bonnes résolutions ? Commencer par vous présenter ce livre en est une. Déjà par sa structure fort différente des autres romans. Oh, il y a certes des textes écrits à quatre mains, mais celui-ci est une alchimie entre un auteur, Christian Grenier, et une illustratrice, Krystal Camprubi... et bien évidemment deux ans de travail derrière, pour accorder les deux univers entre eux. En effet, si Grenier est largement expérimenté dans le domaine de la science-fiction, Krystal Camprubi est plus adepte des univers fantasy, comme ceux de Tolkien ou de Hobb par exemple. Mais alors qu'est-ce qui a rassemblé ces deux artistes ? Le hasard d'une rencontre, et la promesse d'une collaboration.

Quand quelques années plus tard Krystal rappelle sa promesse à Christian, deux dessins font tilter l'écrivain qui se met à créer autour. L'histoire d'Onir recherchant son être véritable en découle, où d'autres personnages voient aussi le jour, féériques ou non. Et pour Krystal, c'est la multiplicité des techniques d'illustration qui sera de mise, en fonction de l'univers de la page. Ici des crayonnés, à d'autres endroits on ressent les effets de peinture, le tout créant une véritable partition - est-ce un reflet du passé ?

Mais je parle, je parle, et j'en oublie l'essentiel. Ce roman graphique, comme l'éditeur aime à l'appeler, a peut-être une histoire un peu simple dans son scénario, bien qu'elle ne tombe pas dans les clichés du genre. Cependant on ne peut qu'avoir une réelle tendresse vis à vis de cette oeuvre d'art - car pour moi c'en est une, alliant deux des arts antiques - qui permet en outre d'y découvrir quelques clins d'oeil quand on cherche bien. Ceci me rappelle que j'ai promis une énigme à l'illustratrice :

Ceux qui regardent ne sont pas des créateurs
Ils contemplent ce qui est déjà fait
Mais celui qui imagine ce qu'il voit
Celui-là a de l'or sous ses doigts

Tâchez de trouver de qui je parle et vous pourriez être pas mal surpris. Je concluerai donc par vous recommander vivement l'achat de ce volume, premier des éditions PorteLune. Et gageons qu'il ne sera pas le seul. Après tout, les adultes aussi ont le droit d'avoir leurs albums illustrés, et non seulement les enfants. Et croyez-moi, les contes ne sont pas l'apanage des jeunes, et celui-ci en particulier.

Ecrite par Garion, le 02 Janvier 2009 à 09:01 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb