Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Titus d'Enfer (La Trilogie de Gormenghast - Tome 1)

 
  Peake, Mervyn
Edition : Points 2009, 597 pages ISBN : 978-2-7578-0463-6 8,50
 

Pour arracher Lord Tombal, soixante seizième comte d'Enfer, à ses livres et la comtesse Gertrude à ses oiseaux et à ses chats blancs, il fallait quasi un cataclysme, dont va tenir lieu la naissance de leur fils, l'héritier, Titus. Ce jour où les rites et les habitudes du château sont bouleversés, Rottcodd, le gardien des brillantes sculptures, reçoit la visite de Craclosse, le valet de chambre du comte, et l'apprenti cuisinier Finelame échappe à la tyrannie du chef Lenflure.

Ce roman étonnant n'est facile ni à résumer, ni à classer ; il semble même malaisé d'en définir le personnage principal : Titus, autour de qui tout s'organise mais qui est un rôle muet par la force des choses ? Son père, Lord Tombal ? Sa soeur Fuchsia ? Finelame ? Peut-être serait-il plus juste de laisser le premier rôle sinon à la lignée d'Enfer, du moins au château qui l'abrite, la représente, voire la caractérise.

Vaste au-delà de toute mesure, labyrinthique, disparate, ce conglomérat de tours, de lacs, de murs aveugles et de terrasses inaccessibles est aussi inquiétant que loufoque... et indestructible, quoique rongé par endroits. Il est somme toute logique que ce dans ce "castelet" improbable s'agite tout un peuple non d'humains mais de marionnettes caricaturales, dont la tradition tient les fils.

La fascination que peut exercer cette lente histoire tient à son originalité, bien sûr, mais aussi au style de l'auteur, grand maître des images s'il en est, à l'écriture oniriquement réaliste. Faisant incontestablement partie de ces romans stupéfiants qui ouvrent des perspectives étrangères, cette oeuvre ne manquera sans doute ni de partisans fanatiques, ni de détracteurs acharnés.

Ecrite par Mureliane, le 25 Mai 2009 à 13:05 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb