Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Saraï (Tome 1)

 
  Shibata, Masahiro
Edition : Kabuto 2005, 192 pages ISBN : 2-7523-0056-5 6,95
 

Au bar de Madame Selana c'est la panique : un de ses clients habituels vient de se transformer en gigante, sa mutation ayant survenu brusquement. Heureusement pour eux, Selana avait une arme de l'autre monde et une dernière cartouche. L'ennuyeux, c'est quand le cerveau de ce gigante a rejoint d'autres anciens (et donc inoffensifs) créant un mangeur d'homme. C'est à ce moment qu'apparaît Saraï. Comment une telle jeune fille, encore complètement humaine et Japonaise de surcroît - ce qui est encore plus rare, peut-elle avoir autant de force ? C'est sans doute dû au fait qu'elle soit une servante-garde du corps.

Ces dernières sont entraînées quelque part dans ce monde post-apocalyptique, engagées par des personnes pour les protéger ou régler un problème. Elles ne sont pas toutes du même niveau, bien sûr. Au sommet de la chaîne, on trouve les Super-A qui possèdent quelques pouvoirs particuliers. Suivent les A et les S, le niveau normal. Par contre, il existe cinq classes C, hors catégorie. Ces cinq là sont souvent méprisées comme n'ayant même pas été capables d'atteindre le niveau normal de l'ordre. Saraï fait partie de ceux-là. Est-ce parce qu'elle n'est pas à l'aise avec les choses du sexe comme les autres ? Possiblement, ou un secret plus lourd.

En tout cas, dans ce monde où les humains se transforment en mutants peu après dix neuf ans, l'espérance de vie est à présent très faible, et les connaissances de la technologie du siècle précédent complètement oubliées pour en revenir à un moyen-âge. Nul ne sait les circonstances exactes de ce cataclysme, mais ce dont on est sûr, c'est que l'archipel du Japon a complètement disparu et avec lui la plupart de ses habitants.

Mais tout cela, Saraï pour l'instant s'en moque. Elle doit rejoindre le château du seigneur Castanzo et sa fille Virna qui, paraît-il, possèdent une source d'eau capable de retarder à jamais les effets de la malédiction. Avec l'aide de Flicka, une classe S qui ne peut pas supporter Saraï, elles vont devoir découvrir le fin mot de l'affaire.

Une longue présentation en effet, mais c'est que le monde décrit dans ce manga pour adulte est vraiment riche. Il est de surcroît très bien dessiné, et la suite de la série est inventive. Bon certes il y a beaucoup de passages dénudés ou franchement sanglants, mais c'est bien pour ça que j'ai dit "pour adulte". Âmes sensibles s'abstenir. Par contre pour les autres, je vous suggère vivement d'essayer la lecture de cet album. S'il vous plaît, vous risquez fort de ne plus pouvoir décrocher.

Seul petit bémol à l'affaire, les éditions Kabuto sont en pourparler avec leurs homologues japonais pour négocier de traduire la suite de cette histoire, et le tome huit se fait attendre. Mais patience, cette série en vaut vraiment la peine. Je vous laisse donc découvrir cette première mission, et le début de la suivante dont je vous parlerai dans le volume deux.

Ecrite par Garion, le 14 Mai 2007 à 10:05 dans la rubrique BD Manga .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb