Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Roma Mater (Le Roi d'Ys - Tome 1)

 
  Anderson, Poul & Anderson, Karen
Edition : Le Livre de Poche 2009, 576 pages ISBN : 978-2-253-1954-8 7,50
 

Gaius Valerius Gratillonius, centurion en poste sur le Mur se voit chargé de mission par son supérieur, le duc de Bretagne, Maxime : il lui échoit d'aller à Ys en tant que préfet de Rome, et de tenir en paix l'Armorique. Gratillonius est ambitieux, et comment refuser la demande de celui qui a de bonnes chances de conquérir l'Empire ? Il accepte donc.
Il ignore toutefois que les Neuf, les Gallicenae, les Reines d'Ys, l'ont choisi pour remplacer leur Roi, le brutal Colconor.
Mais l'idée que l'un et les autres se font de ce qui est bon pour Ys est différente, et cette différence est source de bien des conflits.

Ce roman se lit comme un livre d'histoire qui serait passionnant : si l'existence de la ville d'Ys est une légende, l'auteur s'est appuyé, pour tout le reste, sur des travaux d'historien qui lui permettent de rendre crédibles tous les détails des péripéties et des personnages. Le nombre des notes de fin de volume - tout aussi utiles que les cartes pour le lecteur curieux - témoigne du sérieux et de l'ampleur de cette érudition.

Outre cela, on retrouve ici le talent de conteur d'Anderson, toujours habile à construire une histoire, servi par un humour discret. Ainsi prend-il soin d'alterner nuages et éclaircies, temps de bonheur et moments sombres, préfigurant l'avenir menaçant qui attend la ville. Il s'entend également à montrer combien la bonté des Dieux est inaccessible aux humains qui la comprennent comme de la cruauté ; et combien la bonne volonté et l'amour des uns et des autres peuvent s'avérer insuffisants. Ce faisant, il donne à cette histoire son véritable caractère tragique.

Voilà le début plus que prometteur d'un cycle de fantasy sortant de l'ordinaire, qui porte à attendre la suite avec impatience.

Ecrite par Mureliane, le 06 Avril 2009 à 10:04 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb