Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Patariro, le voyage en occident (Tome 1)

 
  Mineo, Maya
Edition : J'ai Lu, Collection : Manga Shonen 2005, 190 pages ISBN : 2-290-34882-1 5,80
 

Son Gokou, créature mi-humaine, mi-singe, née d'une pierre, a connu de nombreuses incarnations en bandes dessinées. En voici encore une qui ne découragera pas l'amateur car elle est ma foi bien sympathique. Mineo Maya, en artiste complet, choisit de nous narrer les mésaventures de la petite tête de mule dès ses débuts et ce n'est pas triste de le voir déranger également sages, moines et dieux, manquer de respect à tout son entourage, mettre de royales raclées à des êtres puissants et orgueilleux, bref n'en faire qu'à sa tête. Le dessin assez simpliste choisi permet d'orienter certaines cases vers une imagerie que l'on imagine assez traditionnelle de l'art indien des représentations, mais aussi de basculer très rapidement dans la caricature au besoin, le tout sans choquer ni rompre l'unité graphique de l'ensemble. Une option habile en somme dont l'apparente simplicité ne doit pas tromper le lecteur.

Notre jeune héros, après s'être bien fait remarquer, va se trouver confronté à Bouddha lui-même qui lui infligera une pénitence qui lui laissera le temps de la réflexion. Il s'agira ensuite pour Son Gokou de devenir le disciple du moine Tripitaka à la recherche des saintes écritures. Les mésaventures et commentaires décalés abondent, les anachronismes foisonnent et le narrateur se permet des remarques parfois déplacées sur sa propre uvre. Le tout permet de donner un ton humoristique pas très loin d'une farce grotesque mais pourtant étonnante d'érudition. Mélange curieux mais pas désagréable.

Ecrite par Michel Islor, le 06 Février 2006 à 10:02 dans la rubrique BD Manga .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb