Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Papillon obsidienne (Xoco - Tome 1)

 
  Mosdi & Ledroit
Edition : Vents d'Ouest, Collection : Gibier de potence 1994, 54 pages ISBN : 2-86967-219-5
 

Automne 1931, à New York. Dans une boutique d'antiquité, un drame est en train de se jouer. Cependant, la victime semble être sereine et préparée à ce qu'elle va vivre. Elle l'accueillerait presque.
Ailleurs, des hommes médecine indiens parlent entre eux. Ils discutent du choix d'envoyer Xoco pour combattre et enfermer Itzlapalotl. Remettre en question les choix passés, surtout quand ils ont été guidés par Mescalito, n'est pas une bonne chose. Mais il est vrai que Xoco n'est plus dans son élément. Il se trouve maintenant à New York.

New York où des crimes se commettent avec une arme que les enquêteurs peinent à identifier. Quelque chose de pointu mais de dentelé. Quelque chose fait pour déchirer, pour faire mal. Quelque chose contre laquelle la police ne peut lutter. Seulement, elle ne voudra pas entendre ce que Xoco aura à leur dire. Malheureusement. Il ne pourra alors plus compter que sur lui pour renvoyer l'enfer de l'homme-tonnerre d'où il vient.

Quand cette bande dessinée est sortie, j'avais pris une claque monumentale. Le scénario est mené de main de maître et on part de nombreux coins d'ombre vers une relative lumière. Cependant, c'est plutôt le dessin de Ledroit qui m'avait scotché. C'est simple, les planches sont de toute beauté. Les couleurs ne sont pas en reste et les effets de lumière lorsque l'homme-tonnerre apparaît iluminent les pages comme jamais. Quand on a connu Ledroit sur les Chroniques de la Lune Noire, on se dit que ces Chroniques n'étaient que des esquisses en comparaison du travail effectué sur Xoco. Mais je ne crache pas dans la soupe des Chroniques (voir mes chroniques à ce sujet). Seulement, maintenant, c'est un autre niveau. On retrouve en fait le talent qu'avait pu mettre Olivier Ledroit dans certaines planches des Chroniques de la Lune Noire, quand il s'était occupé de la colorisation de certaines planches. Et puis, il y a ce grain particulier au dessin

Bref, si vous aimez les histoires sombres dans lesquelles des entités surnaturelles sèment la panique dans une ambiance étouffante et que vous appréciez de belles planches dans une bande dessinée, Xoco est fait pour vous.

Ecrite par WongLi, le 17 Septembre 2008 à 09:09 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb