Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Marc, ou le réveil du Lion (Le troisième testament - Tome 1)

 
  Dorison & Alice
Edition : Glénat, Collection : Grafica 1997, 48 pages ISBN : 2723423255 12
 

En plein quatorzième siècle, nul ne peut contredire le pouvoir de l'Eglise et cette dernière use complètement du pouvoir qu'elle a sur ses sujets. Même les seigneurs tremblent devant elle. La Sainte Inquisition fait trembler les plus vaillants rien qu'à entendre son nom.
Conrad de Marbourg était un inquisiteur, seulement ses méthodes et ses croyances ne plurent pas à tout le monde et lassèrent même certains puissants. Il lui en coûta beaucoup.

Cela fait des années que Conrad vit en marge de la société. Toutefois, dés qu'il reçoit un message de son ancien ami l'Archevêque Charles d'Elsenor, il accourt, sachant que celui-ci ne l'aurais pas fait mandé sans une raison des plus importantes. Et c'est en effet le cas puisqu'une crypte a été découverte dans le couvent de Veynes et dans cette crypte, un manuscrit. Or ce manuscrit semble être des plus précieux si précieux que l'on tuerait pour l'obtenir.

Lorsque Charles d'Elsenor est tué violemment le lendemain, Conrad va fuir avec Elisabeth, la fille adoptive de Charles, et essayer de résoudre cette énigme qui le titille, bien au-delà de l'amitié qu'il avait pour Charles...

Lorsque l'on commence la lecture de cette série, on ne peut s'empêcher d'avoir les images du film Le nom de la Rose en tête. En effet, tout semble nous y emmener, jusqu'à des noms communs, choisis volontairement, j'en suis persuadé. Puis, on commence à bifurquer, mais en gardant le même esprit, la même ambiance, le même mystère. Et croyez-moi, en parlez ainsi en venant de ma part est un compliment puisque ce film est un must pour moi, un indémodable, une référence incontournable !

Les dessins sont réalistes et servent l'ambiance de l'époque, la violence des combats et la dureté de la vie. Le personnage de Conrad ne pourra que faire penser à un Sean Connery version aventurier. J'aurais néanmoins un reproche à faire : je ne vois pas l'intérêt, ni même la justification, au décolleté d'Elisabeth. Je ne suis pas certain qu'une jeune femme, qui plus est fille d'Archevêque, aurait pu s'habiller de la sorte. Peut-être que je me trompe, mais cela dessert un peu l'histoire, qui en plus n'en avait pas besoin.

Ecrite par WongLi, le 22 Février 2005 à 11:02 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb