Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Lie-de-vin

 
  Corbeyran & Berlion
Edition : Dargaud, Collection : Long courrier 1999, 80 pages ISBN : 2-205-04654-3 12,90
 

Un petit village français complètement paumé dans la campagne. On n'aura pas plus de précisions sur le lieu exact. Lie-de-vin est la seule "jeunesse" de ce village et n'a, depuis toujours, que son magnétophone et son chien pour seule compagnie de jeu. On l'appelle comme ça, car il a une énorme tâche de vin qui lui fait "comme un continent" sur le visage. Le jeune garçon connaît donc parfaitement tous les habitants de son village, du maire ancien instituteur, au boucher M. Gautrot et sa femme, en passant par la vieille ferrailleuse et sa fille qui habitent à l'entrée du village.

Il est quand même un habitant que le jeune garçon ne connaît pas : il s'agit de Marie-mystère, femme qu'aucun habitant du village n'a jamais vu, et qui a la fâcheuse tendance d'avoir un immense jardin dont elle ne s'occupe guère Même la balançoire est à l'abandon, c'est pour dire !

Lie-de-vin n'a jamais connu ses vrais parents, et quand on est élevé par deux tantes, l'école buissonnière est quasiment une institution ! C'est ainsi que le garçonnet fait la rencontre de Maïs, la fille de la ferrailleuse, et cette rencontre, excitante, sera l'occasion pour le garçon de devenir un homme. Il apprendra également à cette occasion que son chien Lulu a été tué par le boucher, M. Gautrot.

Mais M. Gautrot, coupable un peu trop idéal, avait des raisons de tuer ce pauvre chien. La nature le destinait à rôder un peu trop dans le jardin de Marie-mystère, où une bien macabre découverte était à faire. Et comme bien souvent dans une BD de Corbeyran, le scénario est évolué, et un rebondissement inattendu nous démontrera une fois de plus tout le talent du scénariste.

Loin des monstres du Chant des Stryges ou du Clan des chimères, Corbeyran s'associe là pour la première fois avec Berlion. Le tandem nous offrira plus tard le superbe Rosangella chez le même éditeur, preuve que Corbeyran peut parfaitement quitter ses créatures cauchemardesques pour nous pondre un scénario bien franchouillard et très construit.

Comme pour Rosangella, les dessins aux tons de pastel sont magnifiques et servent admirablement le scénario. Cette plongée dans la France profonde et rurale ne vous laissera pas indifférent, et peut-être y penserez vous lorsqu'un voyage vous amènera à passer par un village du Lot ou du Cantal.

Ecrite par Clark, le 10 Avril 2007 à 07:04 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb