Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Les voiles de Frédégonde - Les reines pourpres

 
  Fetjaine, Jean-Louis
Edition : Belfond 2006, 300 pages ISBN : 2-7144-4175-0 19
 

Au milieu du VI° siècle après Jésus-Christ, le roi mérovingien Clotaire I a un immense territoire, qui s'étend de la Garonne au Rhin, jusqu'à la mer du nord. A sa mort, en 561, ses quatre fils Caribert, Gontran, Sigebert et Chilpéric vont se partager cet héritage en quatre royaumes. Mais de vives tensions fraticides vont éclater.

Parallélement à leurs conflits, une jeune esclave gauloise paienne se retrouve par les viscitudes de la vie, servante chrétienne de la femme du roi Chilpéric, Audowère. La servante, qui est Frédégonde, va attirer sur elle le regard de Chilpéric et devenir sa concubine. Pour garder cette place privilégiée, Frédégonde va tout faire pour garder l'amour du roi, quitte jusqu'à faire répudier ou éliminer des concurrentes.

Voilà un énième livre sur ces rois mérovingiens du haut moyen-âge (Jean-Claude Nahmias, La nuit mérovingienne et le cycle du Hun Blond de Cavanna), revu sous la plume de l'auteur français de fantasy Jean-Louis Fetjaine.
L'écriture est des plus abordables même pour les personnes totalement incultes sur cette période sombre de notre histoire, même si parfois elle est un peu trop lisse (il ne faut pas oublier que ce fut une période très sanglante). L'auteur s'est particulièrement bien informé pour le fond historique de ce roman, sur cette dynastie, sur la société mérovingienne, sur le christianisme et sa lutte contre le paganisme, sur la cour des rois, sur les luttes qui opposèrent ces quatre frères... Pour les zones d'ombre, que les sources et les historiens n'ont pu élucider, l'auteur a pris quelques libertés, notamment sur l'origine de Frédégonde (qui n'est pas sans rappeller les livres de Marion Zimmer Bradley sur son cycle arthurien), sa relation avec l'évêque Prétextat, qui amène du romanesque dans ce récit historique.

Fetjaine nous montre une Frédégonde que nous ne sommes pas habitués à rencontrer. C'est une femme amoureuse éperdument et malheureusement d'un homme marié et qui plus est roi. Elle veut que cet amour soit partager et se plaint à son fils des malheurs qui ont été commis au nom de cet amour. On la voit aimant les enfants du premier lit de Chilpéric car ils sont les portraits de l'homme aimé, même si lui arrive d'avoir des pensées hideuses (réfléchissant à leur mort) mais il ne faut pas oublier qu'elle vit à une époque où les oncles tuent les neveux pour une couronne. Elle nous est présentée aussi dans ses écrits comme une mère aimante pour son fils Clotaire. Par contre, vu que ce tome est stoppé à la mort de Galswinthe, deuxième femme de Chilpéric, les "mauvais côtés" (qui éclateront surtout après) de Frédégonde n'ont pas pu être décrit.

En définitif, un premier tome très bon, prenant, une Frédégonde attachante à qui on pardonnerait presque ses excès par amour. Il faut voir si la suite sera de la même veine, surtout que c'est après les années décrites dans Les voiles de Frédégonde que le rôle de Frédégonde prendre toute sa dimension

Ecrite par Scorpionne, le 06 Juin 2006 à 13:06 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb