Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Les enfants de l'abîme (Lune d'argent sur Providence - Tome 1)

 
  Hérenguel
Edition : Vents d'Ouest 2005, 66 pages ISBN : 2-7493-0009-6 12
 

1880. Providence dans le New Hampshire. Cathy Gatling arrive dans le but de réaliser un simple inventaire des possessions de Spencer, le charpentier décédé il y a peu de temps. Le shérif James Redwall va se voir confier l'escorte de la belle rousse. Parce qu'en ce moment, il ne fait pas bon se promener seul à Providence. Les gens ont une fâcheuse tendance à mourir dans des circonstances plutôt sanglantes. Mais cela ne semble pas effrayer Cathy. Et c'est sans peur qu'elle s'installe tranquillement dans la pension de famille de madame Bénédict.

Affublé de Cathy et du chien de Spencer, James peste. Cependant, il compte bien mettre la main sur le meurtrier. Et la pression que lui met le maire n'est pas trop pour lui plaire. Toutefois, les élections approchent et le maire compte bien à ce que celui qui est encore en liberté et dangereux soit mis sous les verrous. Il va alors faire aussi appel à Dixon Deadwood, un homme qui a quitté Providence il y a vingt ans. Un homme aux méthodes quelque peu expéditives mais sur lesquelles compte bien la population pour ramener la paix et l'ordre dans leur ville.

Seulement, personne ne sait vraiment à quoi ils vont être confronté. Enfin, personne

Autant le dire tout de suite, cette bande dessinée est un gros coup de cur ! Mêler habilement et de manière intelligente western et fantastique n'est pas a priori une chose facile à faire. Et pourtant, Hérenguel nous livre un récit fluide, aux dessins sublimes (et je ne parle même pas de la couverture tout simplement somptueuse) et où l'intrigue avance petit à petit, plongeant le lecteur dans une ambiance angoissante par petits paliers.

Les personnages présentés sont tous des " gueules " comme on en avait à la grande époque de ce style cinématographique. Certes, leurs traits principaux sont assez stéréotypés, mais ils arrivent tous à nous surprendre par des détails qui en font autre chose, de vrais personnages forts, profonds et intéressants.

Et ajoutons que la mise en couleur ajoute encore une touche à cette ambiance automnale.

Bon, vous l'aurez compris, il vous fait lire cette BD, parce qu'elle mérite toute votre attention. Vivement la suite !

Ecrite par WongLi, le 19 Octobre 2005 à 09:10 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb