Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Le fruit du mensonge (Shahidas - Tome 1)

 
  Galandon & Volante
Edition : Bamboo, Collection : Grand Angle 2009, 48 pages ISBN : 978-2-350-78725-1 12,90
 

Londres, le matin, dans un bus à l'heure de pointe. New York, en pleine nuit, dans un bar lesbien bondé. Jérusalem, en milieu de matinée, dans un centre commercial. Trois femmes. Trois bombes qui explosent. De nombreuses victimes.
Quelques mois plus tard, en Egypte, Toufik Zafri, un modeste pécheur, remonte dans son filet le corps nu d'une femme morte, roulée dans un tapis. Saraj, policier d'origine palestinienne, mais égyptien depuis vingt ans, est chargé de l'affaire. Mais, à peine est-il revenu au commissariat qu'il croise des collègues avec un homme soupçonné d'appartenir à un réseau terroriste.

Concerné de très près par la question, sa femme ayant été tuée lors d'un attentat, Saraj va s'entretenir avec l'homme en question. Malheureusement, cela se termine un peu trop violemment, et Saraj est prié de ne plus s'occuper de cette affaire. Ses supérieurs sont plus coulants avec lui au vu des circonstances, mais Saraj ne peut trop en abuser. Il va donc pouvoir rentrer chez lui plus tôt pour voir sa fille, Yasmina, qu'il élève seul à présent. Elle est gardée par Lounès, un jeune, ancien délinquant, que Saraj a sorti d'affaire pour lui éviter la prison.

Sans le savoir, Saraj vient de mettre le doigt dans un engrenage qui va risque de l'emmener au plus profond de l'horreur.

Pas simple aujourd'hui de sortir une bande dessinée sur un sujet aussi sensible que le terrorisme islamiste. On risque soit de se retrouver avec un plaidoyer unilatéral soit avec une histoire trop lisse pour ne pas froisser. De plus, il faut aussi éviter le regard par trop occidental qui pourrait vite nous faire taxer de propos xénophobes. Galandon, avec le talent qu'on lui connaît, a su braver tous ces problèmes pour apporter un regard sincère et juste sur ce problème du terrorisme, perpétré ici par des femmes, les shahidas. Sans mièvrerie ni violence, il présente des personnages tout simplement humains, blessés par la vie, écorchés vifs. Bien sûr, son personnage principal, Saraj, lutte de toutes ses forces contre les terroristes, ce qui démontre la prise de position de l'auteur, mais la fin risque de nuancer grandement le propos dans la suite.

Volante, quant à lui, livre un dessin réaliste avec force richesse et détails. On se sent immergé dans cette Egypte moite et opressante et on suit Saraj dans son enquête, tout comme dans son antre qu'est son appartement. D'ailleurs, il est appréciable de voir cette dualité. D'un côté l'ambiance souvent sordide propre à l'enquête et aux découvertes macabres et de l'autre un endroit qui semble empli de sécurité, même si elle est factice, comme on le découvrira.

Une nouvelle fois, les éditions Bamboo nous livrent une petite perle que je conseillerais vivement à tout le monde, sans a priori. Une autre façon de voir que le monde n'est pas forcément blanc ou noir, mais qu'il est plus souvent façonné par des nuances de gris.

Ecrite par WongLi, le 16 Décembre 2009 à 17:12 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb