Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Le dernier rêve de la colombe diamant

 
  Hyland, Adrian
Edition : 10/18 2009, 417 pages ISBN : 978-2-264-04775-5 8,60
 

Quand Emily Tempest revient à Moonlight Downs douze ans après en avoir été chassée, elle n'est pas très sûre d'y avoir encore sa place. Ni d'ailleurs de l'y avoir jamais eue. Tout va dépendre de Hazel, son amie d'enfance, et, bien sûr, de Lincoln, le pilier des Warlpuju de Moonlight Downs. Lui l'accueille comme si elle revenait chez elle.

Mais il est assassiné deux jours après ce retour, et après sa mort tout semble se déliter, et le peuple repart à Bluebush. Mais Emily ne peut se résigner ni à retourner à Bluebush, trou perdu qu'elle déteste, ni à ce que cette mort reste impunie.

Ce roman est original à plus d'un titre : d'abord, bien sûr, par le cadre sordide et grandiose du Territoire du Nord australien actuel dans lequel il se déroule ; par les personnages, qu'il s'agisse des aborigènes - en l'occurrence une ethnie inventée à partir de plusieurs autres pour les besoins du roman, ou de la détective ; par l'écriture, surtout, à la fois puissamment poétique, et alerte, joueuse, avec le sens permanent de l'image qui fait mouche.

C'est souvent très drôle, et parfois, d'une ligne à l'autre, on passe dans une autre dimension de la réalité, et c'est ce qui donne peut-être le mieux à comprendre le vécu de ses peuples mal connus. Tous les personnages sont attachants (avec une mention spéciale pour Jack le Mécano et pour "Heurl Mars"), et l'action ne s'arrête jamais : la réflexion sous-jacente sur le racisme et la cohabitation problématique entre peuples aborigènes et blancs, et sur la difficile acceptation de soi ne l'entrave pas un instant.

En somme, ce premier roman étourdissant est une complète réussite et un véritable régal de lecture, remarquablement traduit de surcroît.

Ecrite par Mureliane, le 07 Novembre 2009 à 09:11 dans la rubrique Roman Polar .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb