Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Lavinia

 
  Le Guin, Ursula K.
Edition : L'Atalante 2011, 322 pages ISBN : 978-2-84172-528-1 18
 

Lavinia est en âge de se marier, mais son père ne la contraindra pas : si elle ne veut pas épouser le beau Turnus, son cousin, il ne la forcera pas. Mais qui épouser d'autre ? Si elle lui parle du poète pas encore né qui lui a raconté son histoire, qui écrira qu'elle épousera Enée pour lui donner un fils d'où descendront maints rois, il ne la croira pas. Mais s'il entend lui-même une prophétie, alors, peut-être...

L'histoire, classique, de la princesse locale épousant le noble étranger et fondant avec lui une ville est de tous les lieux et de tous les temps. Elle était d'ailleurs au coeur d'Ysabel, de Guy Gavriel Kay. L'une des particularités du roman de Le Guin, c'est ce jeu avec le temps où Lavinia se situe quelque part entre cette Troie mythique et disparue dont Enée a fui les flammes, et cette future Rome qu'il est destiné à fonder. C'est aussi d'exister si peu : sans même parler de son existence historique, évidemment impossible à déterminer, elle n'a guère qu'une citation brève vers la fin de L'Enéide. Cela lui donne peu de consistance, mais beaucoup de liberté liée à cette indétermination même.

Partant de là, on pourrait en venir à dire qu'il s'agit d'un roman sur le processus de l'écriture lui-même : d'où viennent les personnages d'un auteur ? Quelle existence ont-ils ? Comment est-il possible de reprendre les personnages d'un autre écrivain ? Quelle est la responsabilité de l'auteur par rapport à ses personnages ? Pourquoi choisit-on un personnage plutôt qu'un autre ? Toutes ces questions viennent fatalement à l'esprit de tout lecteur, étant soulevées en filigrane par cette ombre à qui Le Guin offre son clavier en guise de lait ou de sang.

Une autre particularité, mais qui n'étonnera pas les lecteurs habituels de l'auteure, c'est l'orientation résolument féminine du roman : pendant que des hommes meurent à la guerre, le personnage principal soigne les blessés et accomplit les rites religieux, comme à l'accoutumée. Quand Le Guin prend une femme comme personnage principal, ce n'est pas pour en faire une sorte de "guerrier manqué" (comme en pourrait parler de "garçon manqué") qui fait la guerre, voire y conduit les hommes, mais pour mettre au premier plan de l'histoire les domaines traditionnellement réservés aux femmes : entretien de la maison, filage, tissage, soins aux enfants etc... Son talent particulier fait que l'on ne s'y ennuie pas, alors même qu'il ne s'y passe pas grand-chose.

C'est donc là un roman d'une originalité puissante, mais discrète, comme l'est d'ailleurs son appartenance à la fantasy, à peine marquée, si l'on veut, par l'ombre de Virgile. Mais il n'est pas du tout étonnant qu'il ait reçu le prix Locus en 2009.

Ecrite par Mureliane, le 21 Février 2011 à 15:02 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb