Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

La Forêt sans retour (Bone - Tome 1)

 
  Smith & Hamaker
Edition : Delcourt 2007, 146 pages ISBN : 978-2-7560-0659-8 11,50
 

Les trois cousins Bone ont pour un temps fui la ville, à cause de l'avare et ambitieux Phoney qui s'est mis toute la population à dos. Ses cousins lui ont prêté main forte pour prendre la poudre d'escampette et les voilà égarés dans le désert. Une petite catastrophe (nuage de criquets) et Fone Bone se retrouve isolé dans une vallée bien étrange. Des traces de cigares de Smiley lui indiquent que les autres sont dans le coin mais l'hiver tombe vite dans la région (c'est le moins qu'on puisse dire !) et il lui faut remettre un temps la recherche de ses compagnons.

D'un naturel serviable et gentil, il se fait très rapidement des amis, et comme il est débrouillard, il réussit à échapper à plusieurs reprises à des rats-garous. Ces créatures imbéciles ne se le tiennent pas pour dit et il faut parfois que le grand dragon rouge leur fasse comprendre qu'il n'est pas judicieux de venir chercher des noises aux gens de la vallée. C'est tout un univers que nous met en place Jeff Smith, le tout avec énormément d'humour, tant dans les dialogues que dans les situations.

Et son dessin tout en rondeur convient parfaitement à ce type d'histoire. Les personnages Bone sont simplifiés à l'extrême mais très expressifs tandis que, mis à part certaines créatures tout de même, le reste du monde est bien plus détaillé. L'aspect épique de la grande saga aurait pu jouer en défaveur de l'atmosphère un peu joyeuse mais ce choix graphique permet d'introduire de l'excès dans les réactions des personnages principaux, renforçant l'humour. Un démarrage superbe, plein de découvertes !

Ecrite par Michel Islor, le 22 Mars 2007 à 10:03 dans la rubrique BD Comics .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb