Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence juridique en juillet et août (solidaires08)
Il fait trop chaud au boulot, ON FAIT QUOI ? (solidaires08)
(PETITION) Soutien aux travailleurs sans papiers de Chronopost Alfortville en lutte (solidaires08)
NEW LOOK : à la liquidation, nous répondons par l’occupation ! (solidaires08)
Les mensonges de Monsieur De Rugy sur les raisons de la hausse des tarifs de l’électricité (solidaires08)



 

La fleur cachée de l'abomination (La légende des nuées écarlates - Tome 4)

 
  Tenuta, Saverio
Edition : Les Humanoïdes Associés 2011, 48 pages ISBN : 978-2-7316-2299-7 12,90
 

Totecu Fujiwara est mort sous le poignard de sa fille, la princesse Ryin. Née difforme, son père n'a jamais pu l'accepter telle qu'elle était. Il aurait pourtant tant aimé pouvoir caresser la joue de sa fille ne serait-ce qu'une fois, mais il ne pouvait s'y résoudre. Quelle violence qu'une telle réticence pour un enfant ! Comment un être encore innocent peut-il comprendre que son père ne peut pas, ne veut pas, le toucher ? C'est impossible. Mais cela nourrit avec force l'amertume et la haine. Une haine qu'un trop grand nombre de personne a dû subir. Aujourd'hui est certainement le jour où tout cela cessera. D'une manière, ou d'une autre.

Parce que Raido est revenu et compte bien cette fois mettre fin à cette tyrannie infâme. Une tyrannie qu'il se sent coupable d'avoir permise. Chacun à son niveau a fermé les yeux, par lâcheté ou par envie, mais lui avait les moyens de tout stopper, moyens qu'il n'a pas utilisés. Seulement, cette époque est révolue et il est temps pour la lignée Fujiwara de passer la main.

Voici la quatrième et dernier tome de cette série atypique mais de toute beauté. Saverio Tenuta nous livre depuis le début une véritable leçon de bande dessinée. Que ce soit dans le scénario, sensible sans être mièvre, relevé sans être trop complexe. Ou bien dans le dessin, clair et lisible malgré beaucoup de finesse et de détails. Ce quatrième tome ne fera pas honte aux précédents. Tout se conclue habilement, même si de manière sans doute un peu trop ésotérique. Mais cela cadre bien avec l'ensemble de l'histoire, onirique en même tant qu'horrifique.

Il est temps maintenant de tout relire depuis le début pour savourer d'un nouvel œil cette fresque grandiose à la limite de l'intimisme.

Ecrite par WongLi, le 20 Février 2011 à 11:02 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb