Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Appel à manifester le 13 avril contre les répressions syndicales en cours et les violences policières (solidaires08)
EHPAD : À quand des mesures concrètes ? (solidaires08)
Solidarité avec Geneviève Legay et l’association ATTAC pour la liberté de manifester (solidaires08)
Retraite, on nous prend pour des ânes (solidaires08)
Plus de 10 milliards d’euros d’aides sociales non attribuées en 2018 ! Vous avez dit « Pognon de dingues » ? (solidaires08)



 

La dernière valse (Dallas Barr - Tome 7)

 
  Haldeman & Marvano
Edition : Le Lombard 2005, 48 pages ISBN : 2803620936 13
 

Dans une chambre d'hôpital, Julius Stileman discute avec Dallas Barr. L'un avait disparu depuis près de dix ans, et l'autre avait été tué. Cependant, les deux vieux amis sont toujours là. Par contre, Dallas semble un peu vaseux dans son lit d'hôpital. Il se rappelle vaguement, qu'il y a une dizaine d'années, il avait accepté de se faire passer pour Julius, le temps pour ce dernier de mettre de l'ordre dans ses affaires. C'est donc Dallas sur qui on avait tiré.

Pendant ce temps, Julius a eu le temps de découvrir qui sont les dirigeants du Consortium et comment ils peuvent aujourd'hui décider de ne plus bénéficier de son traitement. Et il est bien décidé à essayer de faire en sorte que ces personnes, et leurs revendications mystiques, se fassent plus discret, voire, disparaissent.

Seulement, pour ça, il va encore avoir besoin de son ami Dallas qui essaye de recoller les morceaux d'une histoire d'amour qui a du mal à survivre à ces révélations.

Voici enfin la fin d'une série que j'avais trouvé géniale ! Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il n'est pas simple de dire " au revoir " à quelqu'un comme Dallas Barr. Loin s'en faut ! Mais c'est une chose que Haldeman et Marvano font plutôt bien. Même si on peut regretter un trop grand nombre de détails à régler avant la fin, ce qui amène inévitablement des moments de confusion, on en ressort avec quand même l'impression que tout est bien terminé, et qu'il n'y a plus rien à dire derrière.

Une fin glorieuse pour une série qui restera dans les annales.

Ecrite par WongLi, le 29 Novembre 2005 à 14:11 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb