Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

La Dame de Prague (Arcanes - Tome 2)

 
  Pécau & Pignault
Edition : Delcourt, Collection : Néopolis 2001, 48 pages ISBN : 2-84055-415-1 12,50
 

Pourtant extrêmement bien protégé par des agents surentraînés, le maestro au service de l'agence Stargate est assassiné sauvagement par des hommes armés et cagoulés. Et tout ceci alors que ce n'était qu'un jeune homme. Mais il semble que certaines personnes ne s'encombrent pas de sentiments inutiles.

Stargate va décider de recruter un nouveau " cartier ". Et qui contacter d'autre que la personne qui leur avait déjà permis de " recruter " le maestro précédent ? Duncan va donc partir à Prague pour essayer de retrouver Pandora, la Dame de Prague. Malheureusement, les " Familles " sont aussi sur les traces de Padora, soupçonnant cette dernière d'avoir encore des contacts avec des cartiers.

La course contre la montre va commencer

On plonge plus profondément dans le monde d'Arcanes avec ce tome. On découvre l'existence des Familles, même si on n'en sait pas beaucoup sur elles. De plus, on observe de nouvelles utilisations possibles des cartes grâce à Pandora, qui enseigne pas mal de choses à Walter Duncan. Et puis, on découvre les surs de l'Église du Saint Tourment une organisation qu'il vaut mieux ne pas avoir contre soi. Bref, un tome très riche au niveau scénario.

Par contre, le départ de Campoy au dessin se fait grandement ressentir. On a maintenant un trait beaucoup plus lâché, bien senti, mais qui ne cadre pas forcément avec l'ambiance de ce monde. Malgré le grand classicisme du premier tome, je trouvais que le dessin donnait justement tout ce côté double au monde : ultra normal d'un côté et pourtant tellement décalé de l'autre. Avec le dessin de Pignault, on sent moins cette différence. Cela ne gêne pas réellement la lecture et le fait que cela reste un très bon tome, mais cela m'a interpellé au début.

Une suite qui promet beaucoup pour la suite.

Ecrite par WongLi, le 16 Novembre 2005 à 15:11 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb