Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

La Belle et la Bête

 
  Sobral, Patrick
Edition : Delcourt 2008, 52 pages ISBN : 978-2-7560-1134-9 11,50
 

Il était une fois un village qui vivait à l'écart du reste du monde. La tranquillité dont il jouissait avait un prix puisque la terre n'était pas assez fertile. Et malgré tous leurs efforts, rien n'y faisait, les cultures ne donnaient pas autant qu'elles auraient dû. Aussi, ils firent appel au mage Gadimos, qui habitait au cur de la forêt de l'est. Mais quand le sorcier demanda ce qu'ils avaient à lui offrir en échange de son aide, personne ne su quoi répondre. Les villageois n'avaient pas de richesses. C'est une petite fille qui s'approcha et offrit à Gadimos une rose blanche, qu'elle considérait comme son plus grand et plus beau trésor. Le sorcier ne sut résister à un tel geste de la part d'une enfant et promis de revenir avec un artefact qui rendrait la terre plus fertile. Mais le mage ne revint pas. Les villageois attendirent un peu avant d'envoyer une expédition savoir ce qu'il se passait. Et c'est là qu'ils tombèrent la première fois sur la Bête.

Celle-ci consentit à laisser repartir les villageois à condition que plus personne ne pénètre dans la forêt pour essayé de retrouver l'artefact. Il est à la Bête et elle ne consentira jamais à le laisser à qui que ce soit. Les villageois firent alors appel à une troupe de chevaliers. Mais ceux-ci ne revinrent jamais au village. Et maintenant la Bête possédait des acolytes, les Gardiens.

Voici des années que le village n'a pas essayé de récupérer l'artefact, ayant bien compris le message de la Bête. Mais, par contre, ils n'ont rien contre le fait de chasser une belle jeune femme rousse dans la forêt. Mais cette incursion, sans intention quelconque vis-à-vis de l'artefact n'est pas du goût de la Bête qui va venir au secours de la belle. Et cette dernière va l'emmener dans sa demeure, un magnifique château dressé dans une luxuriante végétation. Et c'est là que Bellyana, la Belle, va faire connaissance avec la vie de la Bête.

On connaît bien maintenant le talent de Patrick Sobral grâce à ses séries Les légendaires, que je vous invite fortement à découvrir. On découvre maintenant une autre facette de l'artiste avec cette adaptation de La Belle et la Bête. Adaptation personnelle mais très réussit. On reconnaît bien le trait de Sobral et on admire la Bête et ses Gardiens qui m'ont fait penser à un mélange entre des monstroplantes et des chevaliers du zodiaque ! Mais on sait bien que Sobral est beaucoup influencé par les mangas, son trait ne pouvant le démentir.

Tout est bon dans cette BD. Du scénario qui se tient parfaitement au dessin qui est vraiment très riche. Le souci du détail, les monstres vraiment bien pensés, la Belle très belle. Il n'y a pas à dire, c'est du grand art. Et les planches d'essais et de croquis à la fin du volume nous montre que le succès rencontré par Les légendaires n'est pas fruit du hasard. Cet homme a de l'or sous les doigts, même si c'est dans un style que certains pourront ne pas apprécier.

En tous cas, je ne peux une fois encore que vous conseiller de vous jeter sur les bandes dessinées de Patrick Sobral, ça en vaut vraiment le coup.

Ecrite par WongLi, le 18 Avril 2008 à 04:04 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb