Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

L'homme des jeux

 
  Banks, Iain M.
Edition : Robert Laffont, Collection : Ailleurs & Demain 2005, 390 pages ISBN : 2221104315 21
 

Gurgeh est un membre de la Culture, société pacifique, très avancée scientifiquement, et où ont été abolies les notions de propriété, d'argent, de déterminisme sexuel... Le jeu, sous toutes ses formes, est une activité prisée et très respectée, enseignée en université. Gurgeh est sans conteste le meilleur joueur multi-jeux de la Culture. Or, il existe un empire qui ne vit que pour et par un jeu particulier, au point de porter son nom : dans l'Empire d'Azad, c'est le vainqueur du tournoi d'Azad qui a lieu tous les cinq ans qui devient Empereur. Toutes les fonctions administratives ne peuvent être obtenues qu'en fonction du classement de la personne lors de ce tournoi. Pour se protéger de cet Empire, la Culture souhaite que Gurgeh participe à ce tournoi.

S'il commence un peu lentement, avec une mise en place des protagonistes agréable mais peu palpitante, ce livre se révèle passionnant dès que Gurgeh pénètre dans l'Empire. A partir de là, on ne peut plus lâcher l'histoire, qui risque de vous tenir éveillé bien tard ! Les difficultés rencontrées, les stratégies adoptées, l'étude de moeurs de l'Azad et de son Empire sont extrêmement intéressantes, et très bien décrites.

Et puis il y a aussi, en arrière-plan, un pan de la Culture qui se dévoile, et l'on apprend que les membres de cette société change de sexe en réglant volontairement leurs hormones, que toutes les intelligences artificielles sont des personnes, donc libres de leurs actions, et pas des domestiques. Que lesdites IA ont des formes diverses et variées, depuis la boule de pétanque flottante jusqu'au vaisseau de guerre armé jusqu'aux circuits de refroidissement (ça manque de dents, un vaisseau spatial :D). Que les noms ont un sens en fonction de la personnalité (et quand un vaisseau-IA s'appelle parle à mon cul...).

Je ne peux que recommander chaudement la lecture de ce livre. Faites l'effort de passer le premier tiers, moins passionnant, vous ne le regretterez pas !

Pour la petite histoire, je ne résiste pas au plaisir de vous informez que Banks signe Iain M. Banks quand il écrit de la SF, et Iain Banks quand il écrit dans un autre genre littéraire (même si la version poche de L'homme des jeux est crédité à Iain Banks - sans M.!).

Ecrite par Sasha, le 04 Août 2005 à 10:08 dans la rubrique Roman Sf .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb