Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
(Vidéos SAF) Projet d’ordonnance(s) travail - décryptage (solidaires08)
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)



 

L'Appel des ténèbres (Hellboy - Tome 9)

 
  Mignola, Fegredo & Stewart
Edition : Delcourt, Collection : Contrebande 2008, 192 pages ISBN : 978-2-7560-1417-3 17,50
 

Igor Bromhea, qui avait échappé auparavant à Hellboy, s'est mis en quête d'un pouvoir appartenant à la reine des sorcières. Mais il ne lui est pas possible de le contenir et les vieilles décaties ont jeté leur dévolu sur notre démon pour leur servir de roi. Comme il fallait s'y attendre, celui-ci ne mange pas de pain là et refuse. De dépit les sorcières décident de livrer notre héros à Baba Yaga qui lui en veut pour la perte de son oeil. Toutes les invocations sont alors valables mais Hellboy va lui aussi se trouver quelques alliés pour lutter contre la borgne et contre Koshchei, le guerrier immortel qu'elle a lâché à ses trousses. Certains vont se faire trucider, d'autres vont grimper sur l'échelle du pouvoir.

Le récit est assez confus au premier abord, c'est en effet toute une galerie de personnages que fait intervenir Mike Mignola en puisant très largement dans le fond culturel russe. Les interactions entre ces entités surnaturelles séduisent et l'on est vite pris par le tourbillon envoûtant dans lequel Hellboy se débat. La clôture laisse rêveur et promet. Au graphisme entre en scène un Duncan Fegredo qui a laissé de côté son dessin riche en nervosité et hachures pour adopter les à-plats chers à Mike Mignola. Il apporte cependant beaucoup de détails et les planches sont extrêmement chargées. C'est un plaisir de les parcourir et de s'y attarder. Les couleurs sont toujours assurées par Dave Stewart qui permet de passer en douceur à un graphisme un peu différent en conservant cette atmosphère si étrange.

Ecrite par Michel Islor, le 12 Janvier 2009 à 10:01 dans la rubrique BD Comics .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb