Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Griffes et plumes (Les Légendaires - Tome 8)

 
  Sobral, Patrick
Edition : Delcourt 2007, 48 pages ISBN : 978-2-7560-0581-2 9,80
 

Gryf a attaqué sans raison apparente ses compagnons. Résultat, Shimmy oscille entre la vie et la mort. Et ce n'est pas la seule chose arrivée au groupe des Légendaires. En effet, ils sont les prisonniers d'une race rare et presque secrète : les Jaguarians. Seulement, cette race est aussi celle de Gryf ! Etrange que ce dernier ne leur aie jamais rien dit à ce sujet. Mais s'en souvient-il seulement ? Il semble que non. Il a même oublié jusqu'à son propre nom : Anoth-Cha.

Une fois les choses un peu réglées, Gryf va venir les chercher en compagnie de son frère jumeau Kel-Cha. C'est ainsi que va commencer une grande explication, surtout que l'objet que les Légendaires sont venus chercher, la corne de Sygma, est aussi celle-là qui protège la cité de Jaguarys du monde extérieur. On peut donc dire que tout le monde a un sérieux problème.

Mais on connaît le talent des Légendaires pour résoudre les problèmes.

Et de huit ! Huit tomes déjà que Patrick Sobral nous régale des aventures de Les légendaires, ce groupe stéréotypé s'ils avaient été des adultes mais tellement attachants maintenant qu'ils sont des enfants. De toutes manières Sobral use et abuse des clichés et stéréotypes pour donner à son monde une cohérence éprouvée. D'un autre côté c'est aussi une manière de faire entrer les gens dans l'univers de la fantasy avec beaucoup d'humour et de savoir faire.

Et même pour les vieux briscards, c'est un bon moment à passer et même c'est un plaisir que de trouver les allusions disséminées un peu partout dans l'histoire.

Une nouvelle fois, merci Patrick Sobral pour cette série rafraîchissante et si divertissante qui ne perd pas en vitesse au fil des tomes, loin s'en faut.

Ecrite par WongLi, le 02 Janvier 2008 à 11:01 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb