Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Gormenghast (La Trilogie de Gormenghast - Tome 2)

 
  Peake, Mervyn
Edition : Points 2009, 656 pages ISBN : 978-2-7578-0464-3 8,50
 

Au cours des sept années écoulées depuis son Sacre, Titus s'est débattu dans la contradiction où il se trouve pris, puisqu'il doit être traité comme n'importe quel écolier par ses condisciples et ses professeurs, tout en participant aux innombrables cérémonies dépourvues de sens exigées du comte d'Enfer. Parfois, n'en pouvant plus, il s'enfuit.

Lors d'une de ses fugues, il est frappé au coeur par la vision d'un être volant entre les arbres. C'est le même jour que, épuisé et perdu, il est recueilli par Craclosse, l'ancien serviteur de son père. Celui-ci à écouter Titus, et surtout Fuchsia, quand son jeune frère la lui aura amenée, comprend vite qu'une malfaisance est à l'oeuvre au château.

Dans cet opus apparaissent une cohorte de personnages secondaires, au premier rang desquels le principal Belaubois, et l'action prend davantage de place, en même temps que Titus.

Il est tout à fait frappant de constater combien les personnages de ce maître du langage sont muets, le symbole le plus clair en étant la Chose, à qui la notion même de communication est étrangère. Et même tous les autres personnages, lorsqu'ils parlent, le font pour dissimuler leur nature - le docteur -, voire tromper les autres - Finelame. Cela participe de la force de ce roman, et montre que le héros en est bien la pierre même, muette et sensible à sa façon, du château, susceptible, face à la menace, de créer, semble-t'il ex nihilo, le langage, voire même l'intelligence de la comtesse.

Le thème sous-jacent des rites à la fois étayants et sclérosants est davantage apparent que dans le premier opus, avec cette caricature effrayante qu'est Brigantin par rapport à son père.

Ecrite par Mureliane, le 25 Mai 2009 à 13:05 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb