Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Frère et soeur

 
  Juiff, Patrice
Edition : Plon 2003, 162 pages ISBN : 2-25919-809-0 14
 

Lui est croque-mort. Elle, elle reste a la maison quasi impotente à cause de ses cent soixante kilos mais fait quelques menus travaux de repassages pour les femmes du village. Ils sont frere et soeur. Ils sont orphelins depuis quelques temps (les deux parents morts a cause de l'alcool) et vivent ensemble malgré les chuchottements des voisins.

Ils s'aiment, vraiment, trop, mal. Lui ferai tout pour proteger sa soeurette, sa moby. Elle ferait tout pour faire plaisir à son cachalot.

Par cette été caniculaire Jeanne est prise de douleur à l'estomac, douleur violente mais fugace. Une nuit elle a soif, terriblement soif, elle va jusqu'à la salle d'eau et là, elle perd les eaux (non le jeu de mot n'est pas fait expres mais je le laisse). Elle ne sait pas ce qui lui arrive, (elle est encore une enfant dans sa tête), elle ne comprend pas quand l'enfant sorti d'entre ses jambes tombe sur le carrelage. Pour elle il est mort, le crâne éclaté sur le carrelage, et c'est mieux ainsi, ses habitudes ne seront pas bouleversées. Mais il ne faut pas que Robin sache quoi que ce soit...

Avec ce livre Patrice Juiff, jusqu'alors comédien, fait une entrée fracassante dans la littérature française. Un vrai petit bijou ce bouquin 
J'ai franchement adoré, lu en quelques heures, on ne peut plus le lacher. Il est écrit en phrases courtes, très courtes, comme si Jeanne vous racontait son histoire, ce qu'elle fait par moment. Le récit des quatres jours (depuis l'accouchement jusqu'au drame final, bah oui ça fini plutôt mal je vous le dit tout de suite) est entrecoupé du recit de la vie de Jeanne, de ses souvenirs notamment. Ce roman est pire que noir, Patrice Juiff a été gratter loin, très loin dans la noirceur humaine.

Ecrite par Arsenik_, le 11 Juillet 2006 à 14:07 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb