Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
(Vidéos SAF) Projet d’ordonnance(s) travail - décryptage (solidaires08)
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)



 

Exécution (Syndrome 1866 - Tome 2)

 
  Ochiai, Naoyuki
Edition : Delcourt, Collection : Ginkgo 2010, 182 pages ISBN : 978-2-7560-1694-8 7,50
 

Miroku a trouvé sa cible. Il sait quoi lui faire, et comment. Mais il hésite encore à réaliser son projet, ou décider que celui-ci n'est que pure folie. Car en discutant avec sa cible, Hikaru, elle n'est plus une simple enveloppe humaine. Mais au fond de lui, Miroku pense-t-il que ce crime est mal ? Il lui faut encore réfléchir au moment d'agir. Si l'un des buts est de voler l'argent qu'elle donne aux Yakusas, il faut qu'il arrive à connaître le moment précis où elle a réuni l'argent, avant qu'elle le dépose à la banque. Sauf que ce fait n'est pas régulier, et donc impossible à anticiper.

Après un premier volume vraiment réussi, ce deuxième opus, librement inspiré du roman mondialement connu de Dostoeïvski, Crime et châtiment, se montre encore plus réussi. Entre les doutes du personnage principal, ses prévisions, sa préparation et les rebondissements inattendus, Naoyuki Ochiai mène son récit de façon précise, et ordonnée. Le lecteur est forcé de suivre ce texte malsain, trop adsorbé pour ne serait-ce qu'essayer d'en sortir. C'est immonde, mais c'est prenant. Quant à la fin de ce présent volume, il nous amène à un moment clé du récit.

En plus, graphiquement, l'ambiance noire des pièces sombres en rajoute une bonne couche sur l'état d'esprit de Miroku, le NEET comme disent les japonais, un garçon dans la force de l'âge sans emploi. Bref, c'est un coup de coeur largement mérité que j'adresse à Syndrome 1866, tout du moins pour ses deux premiers opus. Pour le troisième, nous en reparlerons dans la prochaine chronique.

Ecrite par Garion, le 01 Septembre 2010 à 14:09 dans la rubrique BD Manga .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb