Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)
Ira-t-on jusqu’à une nouvelle catastrophe ferroviaire ?! (solidaires08)
Loi travail le retour... consultez le programme (solidaires08)
Communiqué des agent-es du Ministère du travail occupant la DIRECCTE IDF (solidaires08)



 

Dans l'oeil du cauchemar (Adamson - Tome 2)

 
  Veys & Puerta
Edition : Delcourt, Collection : Machination 2009, 54 pages ISBN : 978-2-7560-1897-3 13,95
 

L'aventurier anglais Henry Adamson, avec tout un équipage spécialisé, est passé de l'autre côté de la porte ! A priori, la mer est calme et le bateau vogue tranquillement dans une luminosité étrange. Et pour cause : la porte a mené le bateau et ses hommes vers un monde différent, éclairé par deux soleils, et possédant au moins trois satellites ! De quoi sérieusement déboussoler les hommes, qui découvrent un tout nouvel univers. L'eau de mer ici possède également ce qu'on pourrait appeler du plancton, mais aucune des espèces vivantes le composant ne peut être reconnue par le zoologiste se trouvant à bord.

Quelques jours en mer plus tard, une terre se dessine à l'horizon. Une île, plus exactement, que le bateau va vite s'empresser d'approcher. A bord, se trouvent un hydravion et un pilote chevronné. Adamson monte dans l'appareil, et effectue ainsi le premier vol de reconnaissance de l'île. Il y a de la végétation, un paysage escarpé et découpé, mais à priori aucune forme animale. Au retour d'Adamson, une barque est mise à l'eau et se dirige vers une plage offrant un accès idéal à la terre. Alors, l'exploration à pied commence, avec plusieurs hommes. L'un deux commence par découvrir un petit insecte, preuve qu'il y a ici de la vie, et que bien d'autres espèces animales peuvent exister...

Et c'est justement ce qui est bien dommage pour le groupe, bientôt attaqué par une myriade de prédateurs, identiques à celui qui avait attaqué Adamson et son majordome dans son domicile londonien, au tome précédent. De nombreux blessés et quelques morts plus tard, Adamson peut enfin revenir sur ces évènements, sans risque maintenant de passer pour un fou.

Pendant ce temps, à Londres, on commence à s'interroger sur ce qui est arrivé à tout l'équipage parti explorer ce qui se cache derrière le passage au large de Spitsberg. La guerre est désormais sur le point d'éclater, et on ordonne aux navires postés devant le passage de revenir, afin d'être utilisés dans des affaires militaires somme toute plus classiques. Du côté de notre monde réel, donc, peu de personnes sont au courant du voyage d'Adamson, et cela devient rapidement comme si rien ne s'était passé, finalement...

Le second tome d'Adamson tient là toutes les promesses du tome précédent, réédité chez Delcourt, comme c'est le cas de nombreuses séries en ce moment (Sentinelles, Le manuscrit interdit, Le bois des vierges, Les larmes d'Opium). On retrouve une palette de couleurs époustouflantes dans ces planches, proposant mille détails, que cela soit en mer, sur Terre, ou à Londres. Il ne fait aucun doute que les travaux de recherche ont été nombreux : bref, le côté graphique est une seconde fois une pure merveille devant laquelle on pourra s'attarder longtemps lors de la lecture et des relectures...

Côté intrigue à présent, on se retrouve véritablement à côté de ses explorateurs devant l'irréel, à s'émerveiller devant la moindre pierre ou devant le moindre petit insecte. On pourra noter une ressemblance des prédateurs avec les insectes géants qu'on a pu voir au cinéma dans un film comme Starship Troopers... A noter qu'une patte chitineuse a été retrouvée dans les gravats de la maison londonienne d'Adamson : de quoi relancer les débats pour un troisième tome qui, j'espère, viendra rapidement, tant l'histoire est merveilleusement racontée et découpée.

Du grand art qu'il ne faudra donc surtout pas laisser passer, si vous êtes fan de science-fiction, d'exploration et même (un peu) de polar...

Ecrite par Clark, le 23 Novembre 2009 à 10:11 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb