Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Chefs-doeuvre du Fantastique

 
  Goimard, Jacques
Edition : Omnibus 2007, 1121 pages ISBN : 978-2-258-07526-9 25
 

J'adore les éditions Omnibus. Entamer une de leurs anthologies est toujours la perspective réjouissante de longues heures de plaisir, et ici on se délecte de trente-trois nouvelles parmi les plus célèbres du genre Fantastique.

En préambule, une vingtaine de pages signées Joel Malrieu tentant de définir ce qu'est ce genre : le Fantastique. En passant par les sous-genres, et diverses citations, on arrive à la conclusion que si on peut difficilement dégager une définition exhaustive, tout au moins ont été dessinés certains contours de la question.

Ensuite on entre dans le vif du sujet, avec les textes classiques, voire fondateurs, dont tout le monde a entendu parler sans forcément les avoir lus : La patte de singe de William W. Jacobs (très court, et fortement suggestif !), La chute de la maison Usher dEdgar Poe (traduction de Charles Baudelaire, enchanteresse !) ou encore Le Horla de Guy de Maupassant (pas pris une ride).

Classées en sept thèmes " larges " (Au fond de la forêt sauvage : le diable et les sorcières, Lange de la mort, Ni morts ni vivants, bêtes et monstres, clans et villages, labyrinthes de la modernité et rêves et délires), chaque nouvelle rompt la continuité de la précédente et possède intrinsèquement la faculté de nous plonger en quelques phrases à peine au coeur de l'angoisse qu'elle distille.

De laquelle vous parler en particulier... J'avoue une petite préférence pour Le radeau, de Stephen King ; non pas qu'elle soit particulièrement marquante ou se détache des autres, ce serait même à vrai dire plutôt le contraire, mais je suis toujours bluffée par sa capacité à me fiche réellement la trouille. Lecture nocturne, en plus, je déconseille l'exercice : Quatre jeunes adolescents se lancent le défi d'un bain nocturne dans le lac à 10° : on atteint le radeau qui n'a pas encore été remisé pour lhiver, et on rentre. Sauf qu'une bizarre tâche noire se déplace sur l'eau... Et que très vite, il apparait que ce n'est en rien du pétrole Mieux vaut garder les pieds sur les rondins de bois et ne surtout, surtout pas dépasser sur les fentes, sinon Brrrr !!
Ou encore La faux, de Ray Bradbury, qui donne sa vision toute personnelle de la gestion divine de la vie et de la mort

Achim von Arnim, Nicolas Gogol, William W. Jacobs, William Austin, Nathaniel Hawthorne, Ray Bradbury, Jacques Stenberg, Charles Dickens, Yves et Ada Rémy, William Harvey, Edgar Poe, Théophile Gautier, Claude Seignolle, Guy de Maupassant, Robert Hitchens, Prosper Mérimée, Robert Louis Stevenson, Stephen King, Thomas Owen, Adalbert von Chamisso, Howard P. Lovecraft, Shirley S. Jackson, Algernon Blackwood, Henry James, Wilhelm Jensen, Jean Ray, Richard Matheson, Franz Kafka, E.T.A. Hoffmann, Rudyard Kipling, Donald Wandrei, Charlotte Perkins Gilman et Ambrose Pierce, chaque auteur est succinctement présenté (avec ses titres marquants) et nous offre sa propre version du rapport au réel.

Un incontournable, de référence, à posséder absolument !!

Ecrite par Cunegonde, le 03 Septembre 2007 à 11:09 dans la rubrique Roman Nouvelle .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb