Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Ceux qui restent (Walking Dead - Tome 9)

 
  Kirkman & Adlard
Edition : Delcourt, Collection : Contrebande 2009, 139 pages ISBN : 978-2-7560-1725-9 13,50
 

L'attaque du pénitencier a été un vrai massacre. Peu ont survécu, mais le pire c'est qu'ils ont tous été dispersés. Ainsi Michonne se retrouver seule, une nouvelle fois, à suivre une piste en laquelle elle ne sait même pas si elle doit croire. Rick et son fils Carl ont pu en réchapper aussi. Rick, malgré son chagrin, doit tout faire pour protéger son fils. Après une longue marche, ils arrivent dans un petit village, avec une superette. Il y a peu de choses, mais suffisamment pour ne pas mourir tout de suite de faim. Et puis, Rick doit impérativement s'arrêter.

Il a une vilaine blessure à l'abdomen qui s'infecte et le rend de plus en plus faible. Ils ne peuvent plus marcher dans ces conditions : il leur faut un refuge, pour quelques temps au moins. Mais Carl, en voyant son père si mal en point se dit qu'il va finir seul au monde. Tout seul. Il essaye bien de se consoler et d'affirmer que son père peut partir l'esprit en paix. Il n'est plus un petit garçon et saura se débrouiller. Mais même si Carl est très fort, il reste quand même un enfant qui a besoin de temps en temps qu'on s'occupe de lui.

Après la tempête dévastatrice du tome précédent, voici un tome beaucoup plus calme. Ai-je dit serein ? Non, parce qu'il ne l'est pas une seule seconde. On voit un Carl qui mûrit à grande vitesse pour se forger une nouvelle carapace devant un père qu'il croit mourant. On voit un Rick qui perd de plus en plus pied avec la réalité mais fait tout pour s'y raccrocher, pour son fils. C'est un homme plein de doutes et de craintes que l'on retrouve maintenant. Et les deux hommes vont devoir apprendre à vivre tous les deux, seuls, sans Lorie.

Alors, oui, ce tome est plus calme et on ne plonge plus aussi intensément dans l'horreur, mais Dieu qu'il est bon ! C'est une nouvelle fois totalement maîtrisé. Que ce soit dans ce scénario qui jamais ne faiblit, prend son temps comme il faut pour mieux nous faire prendre les virages de l'histoire et nous plonge toujours un peu plus profondément dans l'abominable réalité de ce monde ravagé. Ou bien dans le dessin qui est maîtrisé de A à Z et dont les effets, même si on les connaît maintenant, sont toujours aussi prenants.

Non, franchement, s'il y a bien un comic qu'il vous faut posséder, que vous aimiez les zombies ou pas, c'est bien Walking Dead. C'est un pur chef d'oeuvre où aucun tome n'est à jeter. D'ailleurs, quelle chaine française aura la bonne idée d'acheter la série télévisée qui vient de commencer à être diffusé simultanément dans 120 pays... mais pas dans le notre ? Serait-on assez ringards pour laisser passer une telle histoire ?

Ecrite par WongLi, le 16 Novembre 2010 à 10:11 dans la rubrique BD Comics .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb