Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Bloody September

 
  Argunas, Will
Edition : Casterman, Collection : KSTR 2010, 137 pages ISBN : 978-2-203-02199-0 16
 

Manhattan, décembre 2000.
Une jeune asiatique est retrouvée morte en bas d'un immeuble, nue sous son imperméable.
Sans piste, sans idée de son identité, la police reste impuissante.
Les mois passent.

Le lecteur a des aperçus de la vie de personnes différentes : un homme blond, au physique ingrat, qui viole et assassine des femmes – souvent dans l'ordre inverse. L'inspecteur de police chargé de l'enquête sur la jeune asiatique piétine, est hanté par cet échec... et par celui de son couple, depuis que sa femme a perdu l'usage de ses jambes. Deux femmes vivent ensemble, une artiste et une actrice porno, amoureuses l'une de l'autre malgré leurs différences et leurs désaccord.

Jusqu'en mai 2001, où Louise, la « hardeuse », disparaît. Sa compagne témoigne pour la police, décrit leur quotidien intense et parfois tumultueux. L'enquête reprend : la jeune asiatique sans papiers serait elle aussi dans le milieu des films porno.

La piste est lancée sur l'homme de ménage du studio, un homme blond anonyme, que personne ne remarque. Seul le lecteur sait qu'il est le coupable.

Mais alors que les preuves commencent à s'accumuler contre lui, alors qu'au domicile de sa mère impotente chez qui il vit, des horreurs sont découvertes, un événements imprévu va bouleverser le monde entier... et changer la donne !

« Parental Advisory – explicit images » est indiqué sur la couverture – et pas pour rien – mais si effectivement, les images peuvent être parfois choquantes pour le lecteur, la crudité et le réalisme de l'histoire ne pouvaient réclamer que l'honnêteté dans la description.

La fin, pas forcément inattendue lorsqu'on regarde le titre et la couverture, est néanmoins frappante tant on se pose la question « et si c'était vrai ? »

Comme d'habitude, KSTR dérange, KSTR choque, mais avec talent !

Ecrite par Zaahne, le 08 Février 2010 à 12:02 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb