Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Blessures nocturnes (Tome 4)

 
  Mizutani, Osamu & Tsuchida, Seiki
Edition : Casterman, Collection : Sakka 2009, 205 pages ISBN : 978-2-203-02465-6 6,95
 

Yukki Shibahama est une lycéenne très attentionnée pour sa mère hospitalisée. Seule au foyer, elle a pourtant de grandes difficultés à survivre. Il faut dire que l'argent ne pousse pas aux fenêtres, et la maladie de sa mère est orpheline, donc les traitements ne sont pas remboursés. Yukki demande alors à M. Mizutani, son professeur au lycée d'arrêter pour aller travailler. Heureusement, ce dernier lui fait comprendre qu'aller travailler sans diplôme c'est gagner autant qu'actuellement avec son RMI et qu'il vaut mieux encore tenir un an pour obtenir son diplôme.

Mais un jour dans la classe, un portefeuille de luxe disparaît. Les jeunes de la classe sont persuadés que le vol provient de Yukki, surtout qu'il y a un témoin... Malgré cela, Mizutani décide de faire confiance en la jeune fille et paye le remboursement du portefeuille à sa place, malgré le témoignage de Shigué...

Quand j'entends un professeur dire que c'est son travail de faire confiance aux gens, ou encore de prôner le conseil, si simple, de faire quelque chose pour les autres, je suis vraiment admiratif. Ce n'est pas si facile de croire aux personnes qui nous entourent, surtout quand on sait qu'ils ont volé, ou qu'ils transforment leur anxiété en méchanceté, ou encore qu'ils se détruisent eux-mêmes. Chacun d'entre nous y a forcément déjà été confronté. Alors qu'un homme se lève pour aider ces personnes, cela me laisse vraiment admiratif. Blessures Nocturnes est un exemple pour chacun de nous, et non uniquement les enseignants (dont je suis). Cela me rappelle un passage dans le volume quatre d'Ikigami, où un jeune professeur galérait pour rendre à un de ses élèves la confiance en l'avenir, parce que lui-même avait été aidé par le passé.

Rajoutons que Seiki Tshuchida a vraiment l'art pour faire exprimer à ses personnages leurs émotions par les gestes et les traits du visage. Vous comprendrez alors pourquoi de nombreux lecteurs déclarent Blessures Nocturnes comme un vrai bijou de Seinen. Et croyez-moi, j'en fais partie.

Ecrite par Garion, le 05 Janvier 2010 à 09:01 dans la rubrique BD Manga .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb