Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
(Vidéos SAF) Projet d’ordonnance(s) travail - décryptage (solidaires08)
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)



 

Bakuman (Tome 1)

 
  Ohba, Tsugumi & Obata, Takeshi
Edition : Kana 2010, 204 pages ISBN : 978-2-5050-0826-2 6,25
 

Moritaka Machiro à quatorze ans ne sait pas encore ce qu'il veut faire dans la vie, juste essayer d'entrer dans un bon lycée et poursuivre dans une bonne université, ce qu'on attend d'un jeune japonais en somme, mais sans conviction aucune. Vivre n'est plus qu'une chose ennuyeuse. Pourtant, Saikô - comme il est surnommé - est surpris par un garçon de sa classe, Akito Takagi, qui l'attendait bien après la fin des cours. En effet, Saikô a oublié son cahier de maths, et surtout le dessin de celle qu'il aime en grand secret croqué dessus. Mais si ce n'est pas juste pour apprendre ce secret, pourquoi ce premier de la classe l'attend-il ? Pour une raison complètement folle : qu'ils forment tous les deux une équipe de futurs mangakas !

Mais Saikô sait que devenir mangaka apporte bien plus de désagréments dus à la difficulté que de reconnaissance, et pour cause : son oncle était un petit mangaka qui n'a pas réussi à percer... et qui - pense-t-il - en est mort. Malgré tout, le côté insistant de Takagi va le faire réfléchir, en particulier à ses souvenirs de son oncle. Mais pendant que le garçon réfléchit dans sa chambre, Takagi l'appelle au téléphone et lui demande de le rejoindre au plus vite, car il va "tout avouer" à la fille que Saikô aime, Azuki ! Grande panique pour Saikô qui n'a jamais osé lui faire de déclaration.

Ne vous méprenez pas, ce manga n'est pas une histoire sentimentale comme dans les shôjos, mais plutôt la vie normale de deux jeunes garçons qui vont tout faire pour devenir ce qu'ils rêvent, secrètement ou non, c'est à dire des créateurs de mangas professionnels. Et les auteurs de Bakuman en connaissent un rayon sur ce sujet, puisqu'eux mêmes sont des auteurs à succès : ils ne sont autres que les auteurs de Death Note, un best seller mondial. En plus, on soupçonne "Tsugumi Ohba" d'être en réalité un scénariste bien plus aguerri, mais ce secret sur sa véritable identité est gardé par les plus grandes personnalités des éditions Sûeisha qui publie - entre autre - le fameux Weekly Shônen Jump, une fois encore mondialement connu pour avoir publié rien de moins que Dragon Ball, Naruto, One Piece, Eyeshield 21, Reborn!, Neuro, Bleach... pour n'en citer que quelques uns.

Donc, à travers ces garçons, les auteurs vont expliquer la dure vie de ceux qui essayent de créer des mangas. Entre la phase d'écriture, celle où on confronte ses nemus (sortes de synopsis placés dans les cases), puis les finaliser dans de véritables planches pour enfin les proposer à un responsable éditorial, il y a du boulot. Comme dans Death Note, le texte a beaucoup d'importance. Les deux personnages, Saikô et Shûjin (le surnom que Saikô donne à Takagi) ne se lancent pas dans l'aventure sans connaissances. Ils sont instruits, et disposent au fil du scénario de nombreux conseils et références pour l'avenir. Leur vie ne s'arrête pas avec le manga pour autant, ce qui permet de rentrer plus dans l'aspect réaliste du récit. Pour le côté dessins, le trait est forcément réaliste, et très proche de celui de Death Note.

Bakuman est-elle une série assurée du succès ? Oui et non. Des auteurs connus peuvent sortir des vrais bides après une série culte. Pourtant, j'ai vraiment apprécié Bakuman pour ce qu'il est, un récit sans une seule once de fantastique, et tourné vers la découverte des secrets de ces livres que j'apprécie, les mangas. Le tout étant vraiment bien fait, avec méthode, précision, et histoire, je ne peux qu'approuver cette nouvelle série à sa juste valeur. Ma seule crainte, c'est que le récit finisse par s'essouffler. Mais on n'en est pas encore là, le deuxième opus paru en même temps est là pour en témoigner. Rendez-vous dans la prochaine chronique !

Ecrite par Garion, le 27 Septembre 2010 à 12:09 dans la rubrique BD Manga .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb