Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Permanencs juridiques en droit du travail (solidaires08)
Ordonnances Macron sur le travail... ce qu’il faudra combattre ! (solidaires08)
Préparons la rentrée sociale (solidaires08)
Pour un Code du Travail protecteur des salarié.e.s, non à la loi travail XXL ! (solidaires08)
Conseil départemental : le PARI de se TAIRE ! (solidaires08)



 

Victoria, Reine et tueuse de démons

 
  Moorat, A.E.
Edition : Eclipse 2011, 402 pages ISBN : 9-782362-700194 18
 

En lisant la 4e de couverture, je m'attendais au pire : "La reine Victoria est couronnée : elle reçoit l'orbe, le sceptre et un arsenal d'armes destiné à pourfendre les démons !" Qu'allait donner la rencontre entre un personnage historique ayant réellement existé et des êtres démoniaques ? Contrairement à mes craintes, l'exercice est plus que réussi.

A.E. Moorat (qui est le pseudonyme de Andrew Holmes, auteur britannique) réussit le tour de force de nous plonger au coeur de l'époque victorienne, avec la reine Victoria, le premier Ministre Lord Melbourne, et quantité d'autres personnages, tout en leur faisant affronter des démons, des succubes, des loups-garous, sans que cela ne devienne jamais ridicule.

On suit l'élection de la nouvelle reine, qui découvre, en même temps que son nouveau rôle de souveraine, et de femme (elle épouse le prince Albert de Saxe Cobourg, dont elle est éperdument amoureuse), que son pays fait l'objet d'une invasion des forces du mal qui n'ont qu'un but : exterminer la race humaine, lentement, bestialement.

L'écriture est fluide, très agréable, pleine d'humour so bristish. Cette fluidité dans l'écriture et dans la lecture (les chapitres sont courts, bien découpés, sans temps mort) est l'atout majeur de ce roman, qui fait que son postulat de départ, bien improbable, devient facilement accessible et accepté.

Certains faits historiques sont traités, d'autres bien sûr parfaitement inventés, comme s'en vante si joliment l'auteur "tous les anachronismes sont intentionnels, même ceux qui ne le sont pas". Comme il s'agit d'histoire de démons, certaines scènes sont bien sûr sanglantes, mais racontées avec efficacité et brio, et toujours la petite pointe d'humour discrète qui fait passer le tout.

Une très agréable surprise !

Ecrite par Marquise, le 16 Février 2011 à 13:02 dans la rubrique Roman Fantastique .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb