Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Schmélele et l'Eugénie des Larmes

 
  Ponti, Claude
Edition : L'Ecole des Loisirs 2002, 48 pages ISBN : 2211069193 21,50
 

« Quand on ouvre une porte, on voit ce qu’il y a derrière, pas ce qu’il y a dedans ». Le ton est donné. Schmélele (« prononcer : Schmé leu leu ») voit ses parents disparaître à force de travailler, d’épuisement en quelque sorte. Bâbe, la porte, ne supporte pas cette situation et déserte les lieux. Schmélele la suit. La ville a bien changé, elle est pleine de dangers. Après avoir échappé de peu au vide qui s'ouvre soudainement sous ses pas, il se laisse submerger par son chagrin. De sa larme, énorme , sortent des soeurs jumelles : l’Eugénie des Larmes et l’Eugénie du Rire. S’ensuit un parcours initiatique au travers de l’univers farfelu de Claude Ponti (on y croise bien sûr le Poussin Masqué) afin d’accomplir sa mission qui lui permettra d’accéder à son destin. « Prendre le bateau, sécher, franchir le tunnel des animaux tristes, saisir la larme du fond du cœur, s’envoler et enfin planter ce qui doit être planté et arroser ce qui doit être arrosé »

La disparition, le processus de deuil, lacceptation des émotions, autant de sujets que Pierre Ponti prend à bras le corps comme à son habitude. Sa narration oscille entre absurde et poésie. Ses illustrations nous font entrer dans un monde où la bizarrerie est mise, où les tasses de café se promènent, où les carpes dérivent lentement dans le ciel…

Résolument, j’aime ! Parce que ce brillant auteur-illustrateur parle directement à mes émotions, parce qu’il nous démontre que poésie et imaginaire ne servent pas uniquement à fuir, à supporter, à embellir la vie ou ses épreuves mais aussi à la traverser à l’image de Schmélele qui franchit Bâbe après chaque épreuve, à accéder à un Autrement, à un état plus avancé dans l’accomplissement de ce que l’on est. Bref, accomplir son deuil, se concentrer sur le passage, ce qu’il y a « dedans »… Ce qu’il y a « derrière » viendra quand il en sera temps...

Ecrite par Cala, le 11 Janvier 2010 à 17:01 dans la rubrique Roman Jeunesse .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb