Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Princesses des os

 
  Bousquet, Charlotte
Edition : Gulf Stram, Collection : Courants noirs 2010, 268 pages ISBN : 978-2-35488-081-1 13,50
 

Le père de Lucretia est mort il y a peu et la jeune fille de quinze ans a beaucoup de mal à accepter le remariage rapide de sa mère avec le frère du défunt, l'ambitieux Caius Quintus Clarus. Seul le fils de ce dernier, le jeune Titus, reste son allié dans la grande maison, ainsi que son esclave Dîn, qui lui a un jour sauvé la vie et qu'elle considère comme sa meilleure amie.

Alors que la mère de Lucretia et son beau-père envisagent de la marier rapidement pour se débarrasser de l'adolescente difficile et conclure par la même occasion une alliance utile, Titus est enlevé. Si les soupçons de l'incompétent officier chargé de l'affaire se portent d'abord sur l'aurige Sextus, ami de Lucretia et amour secret de Dîn, la piste aboutit rapidement à une impasse et les adultes en viennent même à soupçonner Lucretia, voire la mère de celle-ci qui, si Titus disparaissait définitivement, verrait son propre fils à naître hériter de la fortune familiale.

Lucretia comprend alors, voyant sa mère et son beau-père penser politique, qu'elle seule se préoccupe assez de Titus pour vouloir le retrouver. Aidée de Dîn et de son garde du corps, elle va alors s'enfoncer dans les quartiers mal famés de Rome, confronter les servantes d'Hécate adeptes de magie noire, les chrétiens que l'on prend pour des sorciers, les trafiquants d'esclaves et les malfrats et maquereaux qui hantent les ruelles sordides. Dîn y sera confrontée à son passé, Lucretia à une vengeance d'aristocrates, mais elles feront face à leurs pires cauchemars pour retrouver Titus.

Ce roman destiné aux jeunes adultes plaira également à leurs aînés grâce à son univers sombre et sordide parfaitement rendu. L'atmosphère de la Rome antique y est véridique, que ce soit dans les demeures des patriciens, dans les bas-fonds de la ville comme durant les courses de char. Pourtant, malgré une bibliographie poussée et un lexique complet à la fin, cela n'en demeure pas moins une fiction très prenante et le lecteur n'a pas l'impression d'entendre un cours magistral sur l'Antiquité. Les personnages sont forts en caractère et très vivants.

Un vrai régal à ne pas manquer !

Ecrite par Zaahne, le 18 Février 2011 à 22:02 dans la rubrique Roman Jeunesse .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb