Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Opération Opale (Artemis Fowl - Tome 4)

 
  Colfer, Eoin
Edition : Folio Junior 2007, 448 pages ISBN : 978-2-07-061383-0 7
 

Artemis Fowl ne sait plus que le peuple des fées existe. Après l'affaire du cube C, il avait été décidé que sa mémoire serait effacée pour tout ce qui concernait ces êtres cachés. Et donc, Artemis est revenu à des choses plus conventionnelles, comme le vol, par exemple. Même si son père essaye de lui faire comprendre qu'à présent il ne faut plus baigner dans des affaires illégales, Artemis ne peut se résoudre à entendre la personne qui lui a appris que l'argent passait avant toute autre chose. Aussi, Artemis prépare-t-il le vol d'un tableau de légende.

En effet, celui-ci est considéré comme un trophée et celui qui le possède est considéré comme le plus grand des voleurs dans la profession. Quel beau challenge pour Artemis ! Il va donc profiter d'une excursion avec son école, excursion qu'il a lui-même fortement suggérée, on s'en doute, pour s'introduire dans une banque et voler le tableau en question. Seulement, ce qu'il ne sait pas, c'est que pendant ce temps, dans le monde des fées, Opale Koboï a réussit à se libérer de sa prison catatonique et qu'elle est bien décidée a se venger de toutes les personnes qui ont permis, de près ou de loin, à son incarcération. Artemis en fait donc partie.

C'est donc écrit quelque part : Artemis et le peuple fée ne peuvent pas vivre l'un sans l'autre.

On se demandait comment Artemis et le peuple fée allait pouvoir se rencontrer à nouveau à la fin du tome précédent. On se doutait bien que le talent de Eoin Colfer arriverait à nous trouver une solution. Maintenant, on connaît laquelle. Ce tome est une transition dans l'histoire, mais aussi dans la narration. En effet, l'ambiance est un peu plus noire, avec la disparition de personnages jusqu'ici récurrent. Cela n'empêche l'humour d'être toujours présent, mais il y a maintenant cette chape qui pèse sur nous. Je ne sais pas si c'est l'orientation que gardera la série, mais cela lui donne un quelque chose supplémentaire qui ajoute à sa qualité.

Encore une fois, je ne saurais trop vous recommander les écrits de cet auteur, cette série en particulier.

Ecrite par WongLi, le 04 Juin 2007 à 18:06 dans la rubrique Roman Fantastique .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb