Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Monsieur Merveille

 
  Tolkien, J.R.R.
Edition : La Mercurie, Collection : Les petits dés rangés 2009, 105 pages ISBN : 978-2-9521343-1-6 16
 

Monsieur Merveille se lève de bonne humeur et n'a qu'une chose en tête, acheter une automobile au village en bas de la colline. Son Lapirafe ayant décrété qu'il ferait beau (malgré le fait qu'il est aveugle et ne sait donc jamais le temps qu'il fait), M. Merveille met son haut chapeau vert, enfourche sa bicyclette en argent qui n'a pas de pédale et file chez M. Bling qui répare et vend des automobiles. Il choisit une automobile jaune vif, avec des roues rouges, ce qui lui revient à cinq shillings et six pences. Mais voilà que M. Merveille a oublié son porte-monnaie chez lui. Qu'à cela ne tienne, M. Bling gardera en attendant la bicyclette en argent. Que faire à présent que M. Merveille a ce véhicule ? Pourquoi ne pas aller rendre visite aux Grognard ?

Quand ses enfants étaient jeunes, J.R.R. Tolkien avait l'habitude de leur raconter de nombreux contes, pour la plupart de sa confection. Il les illustrait d'ailleurs lui-même parfois, et les calligraphiait. C'est ainsi qu'est né Mr Bliss, un peu avant Bilbo le Hobbit lui-même. Les avis varient concernant la genèse de l'histoire, Michael Tolkien affirmant qu'elle a été racontée en 1928, quand lui-même n'avait que huit ans, mais l'histoire de l'automobile a une forte ressemblance avec une mésaventure de l'auteur plus tardive qui lui valut de détester les automobiles et, plus généralement, tout ce qui était moderne. Quoi qu'il en soit, elle n'a jamais été publiée malgré la volonté des éditeurs de Tolkien, Allen et Unwin, pour des raisons de coût de revient trop chers pour l'époque. Résultat, le public anglophone ne le découvrit qu'en 1982 avec une édition en fac-similé du manuscrit original.

Excellente idée au demeurant. La très discrète maison d'édition La mercurie lance une collection de livres pour enfants... et plus grands avec ce conte inédit en français. L'autre bonne idée, c'est d'avoir pensé à remettre les fac-similé originaux dans cette version francophone, pour nous permettre d'apprécier à sa juste valeur le soucis du détail de Tolkien, ainsi que les nombreux traits d'humour dans les commentaires qu'il fait sur ses esquisses au gré des pages. Le conte en lui-même est fort étonnant, jouant avec l'imagerie populaire de l'époque, notamment les trois ours et la peur qu'ils émettent sur les personnages humains ou le sergent de police bien bonhomme ma foi. On ne saurait en vouloir à l'auteur l'appellation de Gros plein de soupe, compte tenu du contexte temporel. Notez que la plupart des éléments entrant dans le récit sont bien souvent inspirés de jouets appartenant aux trois fils de J.R.R. Tolkien (encore une fois en particulier, les trois ours, mais aussi l'automobile).

Au final, c'est un très bel et long album qui plaît aux enfants (par expérience), et n'oublie pas de faire aussi rire les adultes. Une très bonne idée pour débuter cette collection, en espérant un développement tout aussi intéressant chez La mercurie.

Ecrite par Garion, le 09 Mars 2009 à 10:03 dans la rubrique Roman Jeunesse .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb