Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Magie urbaine (Les ténèbres de Londres - Tome 1)

 
  Kittredge, Caitlin
Edition : Eclipse, Collection : Bit-Lit 2011, 396 pages ISBN : 978-2-362-700170 18
 

Pete Caldecott est inspecteur au New Scotland Yard. Elle enquête actuellement sur l'enlèvement d'une fillette de six ans, Bridget Killigan. Les pistes sont minces et le temps presse. Quand son collègue Ollie Heath lui passe un message indiquant qu'un informateur l'attendrait à l'hôtel Grand Montresor à quinze heures, chambre vingt six, elle n'a donc pas hésité. Seulement, elle ne s'attendait pas à se trouver nez à nez avec Jack Winter, un homme qu'elle croyait mort depuis douze ans.

En effet, douze ans auparavant, quand Pete n'en avait que seize, Jack et elle s'était rendu dans un cimetière. Jack avait invoqué des forces surnaturelles qu'il n'avait pu contrôler, et qui l'avaient tué. Et aujourd'hui, après douze années à cauchemarder et à se dire que ce qu'elle avait vécu n'était pas tout à fait réel (comment pourrait-on croire que la magie est réelle ?), elle se retrouve nez à nez avec Jack Winter. Il n'est plus que l'ombre de lui-même, drogué jusqu'aux yeux, mais il est bien là. Pas particulièrement ravi de voir Pete, mais quand même prêt à donner une information sur l'enlèvement. Mais l'information est sommaire : "vous trouverez Bridget Killigan demain à l'entrée du cimetière de Highgate". Jack ne voulant pas en dire plus, Pete n'a plus qu'à attendre le lendemain pour voir si ce qu'il avait dit était vrai.

Effectivement, le lendemain Pete retrouve Bridget, mais dans un sale état. Ses pupilles sont d'un blanc laiteux et elle semble délirer. Certes, elle est en vie, mais à quel prix ? Quand de nouveaux enlèvements d'enfant ont lieu, Pete sait qu'elle n'a qu'une seule chose à faire : retrouver Jack pour qu'il l'aide, quitte à devoir affronter un monde dont elle préfèrerait ne jamais avoir entendu parler.

Soyons honnête, j'ai un avis mitigé sur cette lecture. C'est certain, le monde dans lequel évoluent Pete et Jack est attrayant. Un Londres dans lequel un fin rideau séparerait deux mondes, l'un trivial et l'autre magique. Dans cet univers, tout peut arriver. Et puis, les personnages de Pete et Jack sont tout de même intéressant. Ce sont tous les deux des caractères bien trempés, ce qui fait qu'ils ont parfois du mal à rester dans la même pièce ensemble, mais cela donne un goût intéressant à la lecture.

Pourtant, il y a quand même des choses qui m'ont dérangé. Déjà, j'ai trouvé qu'on tournait beaucoup autour du pot. Jack ne veut pas dire à Pete pourquoi il lui en veut pendant plus de deux cent pages, et ils se fâchent continuellement pour ça. Et quand on en apprend le motif, c'est vraiment risible tellement c'était prévisible. Pas la peine de faire autant durer le suspens pour ça ; ils n'avaient qu'à se prendre le bec dés le début qu'on n'en parle plus. Et puis, c'est vrai que leurs incessantes disputes lassent à la longue. Surtout qu'on sait très bien qu'ils ont le béguin l'un pour l'autre.

Ensuite, j'avoue que le style d'écriture n'est pas aussi fluide qu'il devrait l'être pour ce genre de roman. On est parfois happé par le récit, c'est vrai, mais des fois, on est freiné par le style. Cela provient peut-être de la traduction, je ne sais pas, mais ça m'a dérangé. Et puis, j'ai du mal avec la ponctuation à géométrie variable, des virgules qui se retrouvent là où elles n'ont rien à faire en plein milieu de phrase, gênant la lecture. Enfin, les choix typographiques de l'éditeur m'ont perturbé. Mettre des majuscules après chaque ponctuation, même quand elle est intégrée dans un dialogue, ça me dérange. Ce n'est pas grand-chose, mais cela freine ma lecture.

Au final, j'attends de voir ce que donne le deuxième tome de leurs aventures. Parce que j'aimerai rentrer dans leur monde, qui m'attire, mais il y là aussi un voile ténu qui m'en empêche encore un peu. Un voile que j'aimerais pourtant bien déchirer.

Ecrite par WongLi, le 12 Février 2011 à 08:02 dans la rubrique Roman Fantastique .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb