Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Le Secret de Crickley Hall

 
  Herbert, James
Edition : Bragelonne, Collection : LOmbre 2008, 564 pages ISBN : 978-2-35294-193-4 25
 

Gabe et Ève Caleigh ont perdu leur fils Sam un an plus tôt, disparu pendant qu'Ève faisait la sieste. Depuis, la jeune femme n'arrive pas à se persuader de la mort de son fils et s'enfonce dans sa culpabilité, incapable de reprendre le dessus malgré l'amour de son époux et de leurs deux filles. C'est pourquoi, lorsque son travail l'amène dans un coin reculé de l'Angleterre, Gabe saisit l'occasion et loue un vieux manoir, Crickley Hall, pour sa famille, dans l'espoir de prendre un nouveau départ.

Mais la vieille demeure, ancien orphelinat déserté depuis que la Grande Inondation de 1945 a tué ses onze pensionnaires et leurs deux tuteurs, est considérée comme hantée par les habitants et leurs nouveaux occupants la trouvent bien lugubre. Même le chien refuse d'y rester et se sauve. La porte de la cave s'ouvre en permanence, d'étranges « ombres blanches » apparaissent aux enfants et des traces humides se forment de nuit au sol.

Ève et les fillettes veulent partir, contre l'avis de Gabe qui ne croit pas aux fantômes. Mais alors que les manifestations malfaisantes se multiplient et poussent Ève vers la folie, quelque chose vient briser le cercle. Une présence aimante qu'elle identifie aussitôt comme l'esprit de son fils disparu...
Mais quel lien pourrait-il y avoir entre Crickley Hall, le pensionnat abandonné, et la disparition d'un petit garçon ? Pourquoi ces bruits, chaque nuit, viennent éveiller les enfants et les marquer d'étranges stigmates ? Que s'est-il passé, dans ces murs, qui a tant traumatisé les enfants que, cinquante ans après, ils en hantent encore les lieux ?

Un roman de James Herbert particulièrement marquant, où l'on ne sait jamais si les personnages frôlent la folie ou le mysticisme, et où chaque événement peut être interprété différemment, jusqu'à une conclusion, certes prévisible, mais exprimée avec tant de force et de fougue qu'elle ne peut laisser le lecteur indifférent.

Un très bon livre, à dévorer sans hésitation !

Ecrite par Zaahne, le 28 Août 2008 à 23:08 dans la rubrique Roman Fantastique .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb