Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

La voix du feu

 
  Moore, Alan
Edition : Calmann-Lévy, Collection : Interstices 2008, 336 pages ISBN : 978-2-7021-3753-6 19,90
 

"Je comprends, maintenant, qu'il n'y a jamais eu qu'un feu unique, qui flambait avant que le monde débute, et ne sera pas éteint tant que le monde n'aura pas pris fin."
Les douze nouvelles qui constituent ce livre étonnant sont toutes traversées par la voix du feu, du brasier sacrificiel ou punitif pour les vivants (Le cochon de Hob, Complices ès tricots) ou les morts (Les champs de crémation, Confession d'un masque), aux voitures en flammes, beaucoup plus près de nous (J'ai toujours des jarretelles, en voyage).
Elles sont reliées aussi par les images récurrentes de la jambe blessée ou boiteuse (Le cochon de Hob, Les saints de Novembre, En boitant jusqu'à Jérusalem, Le soleil au mur semble pâle), de la gorge tranchée (Le cochon de Hob, Les champs de crémation), de la tête coupée, et du sexe obsédant (J'ai toujours des jarretelles, en voyage, En boitant jusqu'à Jérusalem).

C'est à une construction (dé-construction ? re-construction ?) de l'histoire de la ville de Northampton à travers le temps, de -4000 ans à la fin du XXe siècle, que se livre Alan Moore dans ce livre dédaléen, au style recherché, lent, peu dialogué, qui peut fasciner ou rebuter par sa spécificité même. Ceux qu'il fascine sont sensibles aux échos d'une nouvelle à l'autre, aux puissantes images comme gravées à l'eau forte, au désespoir dérisoire qui imprègne certains personnages, tel ce romain de La tête de Dioclétien.
Le style de la première histoire est un tour de force stylistique de l'auteur, pour être resté absolument compréhensible et touchant, et impose un coup de chapeau au traducteur, Patrick Marcel. Nejib Belhadj Kacem, déjà illustrateur, dans la même collection, de La cité des saints et des fous, nous gratifie une fois encore de l'un de ces dessins inspirés et appropriés dont il a le secret.
Cette collection, avec cette nouvelle publication, confirme une orientation d'originalité et d'exigence, qui ne peut manquer de trouver ses lecteurs assidus.

Ecrite par Mureliane, le 28 Janvier 2008 à 10:01 dans la rubrique Roman Fantastique .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb