Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Camping du Mont-Olympe, désorganisation et gaspillages : une volonté délibérée ? (solidaires08)
Accord à l’Unedic – une fois de plus - sur le dos des chômeurs et chômeuses (solidaires08)
Mesure de la représentativité : Solidaires consolide sa construction ! (solidaires08)
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)



 

L'aventure c'est dur !

 
  Le Joueur
Edition : Le Joueur 2010 12 Auteur : Ludovic Chapellière De 2 à 6 joueurs A partir de 8 ans Durée : 30 mins
 

L'aventure c'est dur ! est un nouveau petit jeu de cartes à joueur entre amis quand on a un petit moment à passer ensemble et qu'on n'a ni l'envie ni le temps de se lancer dans une partie d'un jeu plus long et plus complexe. Le principe du jeu est simple : un dragon terrorise la contrée, les chevaliers se sont enfuis, et il faut bien que quelqu'un s'en occupe pour reprendre une vie normale. Donc, première chose à faire, se rendre là où le dragon se trouve. Deuxième chose : le tuer. Pour cela, les joueurs vont disposer de cartes qui vont leur permettre d'avancer, de se défendre ou d'embêter les autres. On regarde tout de suite comment cela se passe.

Un tour de jeu se passe de la manière suivante : on pioche deux cartes et on joue jusqu'à deux cartes. Simple et rapide. Pas de longues discussions. Donc, le but de la première étape est d'avancer. Pour cela, le joueur a des cartes "Terrain". Elles indiquent le nombre de kilomètres que le joueur parcourt et le type de terrain sur lequel il se trouve. En additionnant toutes les cartes terrain, on sait combien de kilomètres le joueur à parcouru. Sachant qu'il faut parcourir cent kilomètres (quatre vingt à partir de cinq joueurs), pour trouver le dragon. Là, on est très proche d'un jeu comme le 1000 bornes, mais cela n'a rien d'étonnant. Bien sûr, cela serait trop facile si on ne faisait qu'avancer. Donc, les autres joueurs, à leur tour, peuvent nous faire faire des rencontres. Ces rencontres sont des monstres. Chaque monstre a un ou plusieurs types de terrain sur lesquels il peut être joué. D'où l'importance du terrain sur lequel on s'arrête d'avancer puisqu'il y a des terrains où les monstres sont plus puissants. Un joueur à qui on a mit un monstre ne peut plus avancer tout le temps qu'il n'a pas tué le monstre. Pour cela, il va devoir utiliser un troisième type de carte : les cartes "Attaque". Ces cartes donnent un nombre de points de dommage que l'on fait au monstre. Et le monstre a un certain nombre de points de vie qu'il faut au moins égaler pour le vaincre. A noter que les cartes "Attaque" sont les mêmes qui seront utilisées pour vaincre le dragon. Enfin, il existe un quatrième type de cartes, les cartes "Evènement". Elles permettent d'obtenir des effets différents, comme faire passer son tour à un autre joueur, pouvoir jouer plus de cartes ou en piocher plus. Chacune a son utilité que vous découvrirez en jouant. Voilà, nous avons fait le tour des possibilités du jeu. Reste à affronter le dragon.

Lorsqu'un joueur atteint cent kilomètres, on pose la carte du dragon au centre de la table. Seuls les joueurs qui ont parcouru le bon nombre de kilomètres peuvent combattre le dragon. Le dragon a quarante points de vie (quarante cinq à cinq ou six joueurs). Pour le battre, il faut qu'il ait prit plus de dommages qu'il n'a de vie. Mais tous les joueurs peuvent le combattre et c'est le dernier qui lui inflige les dommages mortels qui remporte la partie. Ainsi, un joueur peut faire trente neuf points de dommage à lui tout seul et un autre arrive et fait un point de dommage, c'est ce dernier qui aura gagné. Il peut être bon de ne pas arriver le premier et utiliser toutes ses cartes d'attaque tout de suite. A chacun sa tactique.

Vous le voyez, L'aventure c'est dur ! est un jeu simple. Oui, et cela permet de joueur facilement avec des enfants, pour peu qu'ils sachent compter et lire. Pas de prise de tête, mais on passe un moment sympa comme tout. J'aurais juste une remarque à faire : les cartes ont une texture très agréable au touché, et cela fait classieux. Le problème, c'est qu'elle glisse assez mal entre elles (en fait, après plusieurs parties, elles finissent par glisser très bien).

J'ai eu tout de même deux interrogations sur les règles : peut-on mettre deux monstres à un même joueur et, dans le même genre, peut-on mettre un monstre à un joueur qui est devant le dragon ? Dans les deux cas, j'ai estimé que non, pour que le jeu ne soit pas bloqué. Mais c'est vrai que, du coup, devant le dragon, on se retrouve avec une palanquée de cartes qui ne servent plus à rien (à part à défausser ses cartes lorsqu'on ne peut ou ne veut pas jouer. En effet, devant le dragon, si on ne joue aucune carte, on doit s'en défausser de trois). A chacun de bien doser son jeu.

Je vous conseille donc de vous y mettre et vous verrez que l'aventure, ce n'est pas si dur que ça.

Ecrite par WongLi, le 15 Janvier 2011 à 08:01 dans la rubrique Plateaux .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb