Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
(Vidéos SAF) Projet d’ordonnance(s) travail - décryptage (solidaires08)
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)



 

Ushijima, l'usurier de l'ombre (Tome 1)

 
  Manabe, Shôhei
Edition : Kana, Collection : Big Kana 2007, 216 pages ISBN : 978-2-505-00216-1 7,35
 

Ushijima gère un petit commerce très lucratif. Il est « Yamikin », autrement dit usurier. Cest vers lui que se tournent les personnes éboutées des services de prêts habituels : les joueurs invétérés, les mauvais créanciers, tous finissent par tomber dans les mailles de ses filets. Takada est un nouveau venu dans léquipe de lusurier. Il va apprendre les ficelles du métier : comment appâter les clients, comment les mettre à genoux pour en faire des esclaves dociles. Car Ushijima se fait toujours rembourser quitte à prostituer ses créanciers ou à leur faire commettre divers larcins.

Ce premier volume sert dintroduction. On y découvre le milieu dans lequel se situe lhistoire et on en apprend plus sur les pratiques sordides que sur les personnages. Le récit se concentre de ce fait davantage sur les clients que sur Ushijima. Cest vraiment la misère sociale qui nous est montrée dans toute son horreur. Et le terme nest pas anodin, puisqu'à de nombreuses reprises, afin de souligner la descente aux enfers des clients endettés, le graphisme vire dans le fantastique et nous rappelle le bien moins intéressant « Manoir de lhorreur » de Ochazukenori. Le récit oscille donc ici entre la critique sociale et le film dhorreur dont la violence est dautant plus insoutenable quelle est réaliste. Certaines scènes, comme celle du reclus obligé de manger des pâtes crues parce quon lui a coupé leau et lélectricité, font véritablement froid dans le dos. Les traits de lusurier sont aussi surprenants. Avec sa barbichette, ses yeux vides et ses oreilles en pointes il a tout lair dun diable. Mais un diable bien particulier ; un diable davarice. Véritable calculette humaine capable de réciter des pages entières de formules de taux dintérêts, Ushijima a perdu toute humanité, lui qui considère ses clients comme des « esclaves ». Cest dailleurs de là que viendra le seul défaut notable de ce tome. La surabondance de chiffres en yen lasse à force de faire la conversion. Peut-être que pour une fois, il aurait été préférable de donner directement les prix en euros.

Il nen reste pas moins que cette série est un véritable (électro)choc immanquable par son originalité qui tranche avec la masse des shônen et shojô insipides actuels. Après cet excellent volume dexposition, on attend maintenant de voir se développer une intrigue construite qui nous permettra den savoir plus sur nos protagonistes.

Ecrite par Cpatrick, le 31 Décembre 2007 à 14:12 dans la rubrique BD Manga .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb