Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
RETRAIT des ordonnances Macron. ABROGATION de la loi travail (solidaires08)
Contrats aidés : Non au plus grand plan de licenciement de l’Histoire !!! (solidaires08)
L'Humanité 25 mai 1904 (solidaires08)
Toutes et tous le 16 novembre et les jours qui suivront (solidaires08)
Réunion publique du Front social à Nouzonville : Réfexions, débats, actions communes (solidaires08)



 

Un monde parfait (Walking Dead - Tome 12)

 
  Kirkman & Adlard
Edition : Delcourt, Collection : Contrebande 2010, 132 pages ISBN : 978-2-7560-2111-9 13,50
 

La bande de Rick a pu échapper aux chasseurs, non sans y laisser une victime, Dale en l'occurrence... Rick est maintenant seul avec son fils, Carl, qui devient lui aussi un être de plus en plus sombre. Il a même entrepris de tuer Ben, un des jumeaux, puisqu'il fallait le faire et qu'il savait qu'aucun adulte n'aurait pu faire cela... Ce meurtre l'a pourtant bien marqué, Rick s'en rend enfin compte aux détours d'une vraie conversation entre un père et son fils. Le groupe se remet ainsi à survivre, sans grand espoir de jours meilleurs, la piste Washington étant un mensonge inventé de toute pièce par Eugène Porter, jusqu'à ce qu'un inconnu les aborde seul...

L'inconnu propose à Rick et à son groupe de le suivre dans une communauté toute proche, d'une quarantaine de survivants. Rick se refuse à y croire : les derniers mois de galère l'ont encore endurci, et le souvenir d'un certain gouverneur reste en travers de toutes les gorges. Pourtant, l'homme semble honnête et insiste : cela fait plusieurs jours qu'il suit le groupe de Rick. Maintenant qu'il est sûr que ce sont des gens biens (en tout cas aussi biens qu'il est possible de l'être dans un monde infesté de zombies), il leur propose le deal... Sa communauté vit dans un lotissement bien gardé, avec de l'électricité et à manger, et il y a besoin de beaucoup de bras pour s'étendre et se développer...

Rick est bien obligé de céder, car tout le groupe est vraiment tenté d'y aller. Les présentations se passent très bien avec le chef des lieux, un ancien homme politique du nom de Douglas Monroe. Douglas parle à Rick et à quelques personnes de son groupe, et il accepte de donner trois maisons du lotissement. Trois vrais toits avec chauffage, eau chaude et électricité. Aucune menace ne transparaît, si ce n'est le simple fait que Douglas Monroe refuse de voir des armes à feu dans son lotissement : toutes les armes sont ainsi confisquées et rangées dans un local fermé à clé... La méfiance est de mise, et c'est bien naturel, même si tout se passe pour le mieux dans les jours qui suivent...

Oui... Et pourtant, quelle tension, encore une fois, même si nous tenons là un tome où, depuis longtemps, l'avenir semble enfin être moins sombre... Ce douzième tome puise sa force dans cette capacité, dans cette habitude qu'on a à la lecture de cette série désormais culte, et qui le sera encore plus avec la sortie imminente de la série télévisée aux Etats-Unis.

Tout se passe bien, on sent que les personnages pourraient se détendre, lâcher du lest, profiter un peu de rares moments de bonheur. Et pourtant... Le moindre détail négatif semble prendre ici des proportions inouïes. Un gamin avec un oeil au beurre noir. Une proposition de Douglas à Andrea... On sent bien qu'il va se passer quelque chose, on le sait... Et plus le nombre de pages restantes diminue, plus on est pris encore une fois dans le tome... Et quand enfin on sait ? Eh bien, comme d'habitude... Il va falloir patiemment attendre le suivant !

Un tome moins noir, plus ouvert, et tout aussi énorme...

Ecrite par Clark, le 27 Septembre 2010 à 12:09 dans la rubrique BD Comics .
Commenter cette chronique




Ecrit par sebulon le 27 Septembre 2010

Raaaaa attendre le futur tome de walking dead est un véritable supplice !!

A nouveau Rick découvre un endroit où il pourrait faire bon vivre. Mais après tant de désillusions, il se montre très méfiant ! Trop ? L'avenir nous le dira !

On assiste dans ce tome à la fin de l'enfance de Carl ! Tuer Ben lui retirera les derniers restes d'innocence qu'il possédait encore.

Carl est un adulte et ça fait froid dans le dos.

Répondre à ce commentaire




© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb