Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Toutes les mille et une lunes (La geste des chevaliers dragons - Tome 11)

 
  Ange & Looky & Paitreau, Stéphane
Edition : Soleil 2010, 48 pages ISBN : 978-2-302-01361-2 13,50
 

Pour lutter contre les dragons et le veill, l'ordre des chevaliers dragons a été créé. Seules des vierges peuvent y entrer car elles sont les seules que le veill ne corrompt pas. L'ordre s'est développé dans les cités et les contrées, chacun réglant les problèmes de son côté, mais tous devant rendre des comptes à l'ordre dans son entier. Et toutes les mille et une lunes, des délégations se retrouvent dans un endroit reculé et secret appelé le fort. Cette fois-là, trente trois ordres se réunirent autour de l'Ancienne. Une Ancienne contestée par des prises de position très dures qui voulaient revenir à un ordre autoritaire et moins laxiste, comme il l'était avant.

C'est pourquoi l'Ancienne, sans prévenir les matriarches des différents ordres, fit tout de suite passer aux minimes, ces jeunes accompagnatrices, des épreuves sanglantes et mortelles. Pour qu'il ne reste finalement dans l'ordre que les meilleures, celles qui auraient le plus de chances de combattre les dragons. Seulement, ces pratiques ne sont pas du goût de tout le monde. Notamment chez la matriarche de Chastelle. Beaucoup d'éléments la divise par rapport à l'Ancienne, et elle compte bien faire entendre sa voix.

Mais les autres la suivront-elles ?

Voici un tome passionnant dans cette Geste des chevaliers dragons ! Il se passe à huis clos, dans ce fort oppressant, et l'intrigue est très politique, reléguant les évènements martiaux au second plan. Seulement, on se plonge totalement dans la politique qui est menée ici. Elle n'est ni ennuyeuse, ni rébarbative. On voit les manœuvres avancer dans l'ombre, les pièces de l'échiquier se mettre en place, bien souvent sans qu'elles s'en rendent compte. Enfin, comme toute bonne politique. Attention, c'est quand même un pan de l'histoire de cet ordre qui s'écrit ici, comme on le verra rapidement.

Avoir intégrer des minimes et leurs histoires, qui pourraient paraître de moindre importance alors qu'il n'en est rien, dans l'histoire était une riche idée. Cela permet de captiver l'attention sur deux tableaux. Et ça fonctionne parfaitement ici. Ange sait très bien comment mener son lecteur par le bout du nez.

Notons quand même le travail de Looky. Ce jeune dessinateur qui s'était fait remarqué en prenant la relève du dessin de Nhieu sur Nocturnes rouges nous emmène dans un univers beaucoup plus mature et rugueux. Forcément, le cahier des charges n'était pas le même puisqu'il n'avait pas à reprendre le dessin de quelqu'un d'autre. Du coup, il s'est un peu lâché. On met de côté le style manga pour adopter un style très typé fantasy. Qu'à cela ne tienne, il le prend à son compte et en fait quelque chose de quand même typé, comme on peut le voir déjà sur la couverture. C'est un trait nerveux, aussi bien dans les décors que dans les personnages, avec lequel il s'exprime. J'ai mis quelques pages à m'y faire, puis je me suis dit qu'une nouvelle fois, Looky avait su retirer l'essence de l'histoire et la manière de la représenter.

Un tome qui est sans doute un des meilleurs de la série.

Ecrite par WongLi, le 07 Janvier 2011 à 19:01 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb