Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Surexposition (Ceci est mon corps - Tome 2)

 
  Marie & Goethals
Edition : Bamboo, Collection : Grand Angle 2009, 48 pages ISBN : 978-2-350-78587-5 12,90
 

Lucas, personnage principal du premier tome, vient de se faire tirer une balle à bout portant dans les cervicales. Il est certain que son corps en n'survivra pas, mais son esprit, lui, a eu le temps de sauter dans un " hôte " de la vieille ville, un certain Nolan Whitaker. La location du corps de Nolan ne durera que quatre heures. Il ne reste donc à Lucas que ce laps de temps pour trouver son assassin et son commanditaire. Quatre heures, c'est court, surtout pour un enfant qui n'a jamais rien fait de sa vie que de profiter du pognon de son père.

Nolan Whitaker habite dans la vieille ville, le pendant miséreux de Reason-Hill. Il va donc être difficile à Lucas de passer inaperçu. Déjà parce qu'il ne parle pas le tshippy, mélange entre de l'anglais et de l'espagnol, qui est la langue des bas quartiers. Et puis il reçoit très vite une visite qui se rend compte sur le champ qu'il n'est pas Nolan. Du coup, il se fait pointer un flingue dessus. On pourrait croire que les choses vont mal pour Lucas. Ce serait sans compter sur la suite

Ah, la vision acide et amère de Damien Marie sur notre monde. Mais si seulement il avait tort, cela ne nous ferait pas si froid dans le dos. Le premier tome nous montrait un monde pourri jusqu'à la moelle des nantis qui finalement s'ennuient tellement dans leur prison dorée qu'ils ne recherchent que l'évasion offerte par les bas quartiers. Le deuxième tome nous emmène dans ces bas quartiers. Moins glauques à mon sens que le premier, il nous met par contre devant la misère et la pauvreté. Et là, nous ne sommes plus du tout dans le domaine de la fiction. Ce sont les bidonsvilles tels qu'ils existent déjà aujourd'hui. C'est la misère et l'indifférence telles qu'elles existent de nos jours. Quelqu'un qui ne s'émeut pas aujourd'hui ne le sera pas plus par ce tome. Pour les autres, cela ne fera que rajouter à la rancur que l'on peut avoir face à un système déséquilibré.

Sébastien Goethals et Damien Marie se livrent ici à une course poursuite haletante puisque les deux poursuivants ne cessent de changer de corps pour mieux surprendre l'autre et être le premier à l'avoir. Je ne vous dirai pas qui va gagner à ce petit jeu, mais il y a aura bon nombre de surprises sur le chemin.

Ce tome est la conclusion du premier diptyque. Je dis premier parce que la fin ne peut que laisser penser qu'il y aura une suite sur ce monde. Et je ne peux que m'en réjouir parce que cette série est tout aussi énorme que les autres sorties de Damien Marie. Toutes différentes mais toujours aussi prenantes et poignantes. Qu'il ne vous reste plus qu'à découvrir de toute urgence.

Ecrite par WongLi, le 27 Avril 2009 à 11:04 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb