Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

STYx

 
  Calvez, Jean-Michel
Edition : Glyphe, Collection : Imaginaires 2007, 404 pages ISBN : 978-2-35285027-4 20
 

Sur un monde où les humains se sont installés depuis douze ans, la colonisation organisée par la compagnie Ogre ne s'est pas passée aussi bien que prévu. La première cause en est le STYx, Syndrome Transmissible par les Yeux. Maladie mortelle, incurable, qui affaiblit inexorablement ses victimes jusqu'à la mort, et contamine sans distinction toute personne ayant éprouvé un sentiment depuis lors interdit : la compassion. Ce fléau, qui n'affecte que les humains, leur a été transmis par les créatures indigènes du monde, les Lutins. Eux sont la deuxième raison de l'échec commercial de la colonie. Humanoïdes en apparence, suffisamment, en tout cas, pour que les femelles soient recherchées comme prostituées, les Lutins sont devenus les esclaves des colons, leur souffre-douleur parfois, mais demeurent une entité inconnue, un mystère. Les humains ne connaissent d'eux que leur insatiable curiosité, et la folie qui les pousse, parfois, à massacrer un humain victime du STYx, pour voir quel degré de souffrance il ressentira, car la maladie affecte aussi les sensations...

Ce calvaire, le journaliste Orfeu l'a connu : son ami, Silvo, s'est enfui de leur appartement en découvrant qu'il était atteint du STYx et Orfeu ne l'a pratiquement revu qu'à létat de cadavre déchiqueté. C'est pourquoi Orfeu suit maintenant les souffrances mises en scène d'un musidancer malade, qui crie sa maladie aux yeux du monde.

Mais au-delà du simple témoignage, Orfeu poursuit une autre quête, qui va peu à peu l'entraîner dans les tréfonds de Narghaï, la vieille ville réservée aux Lutins, en quête d'une chimère, d'une réponse. Réponse qui prendra peut-être la forme d'un vieillard portant, tel un joug, une branche en travers de ses épaules d'où pend une multitude de fioles colorées...

Mais quand Orfeu se perd, c'est son frère, qu'il n'a pas revu depuis dix ans, qui prend la relève, avec d'autres méthodes, d'autres buts, d'autres résultats... Ce roman, à la fois anticipation et science-fiction, dépasse de loin tous les clichés du genre. Dans un monde jamais nommé où les créatures de notre imaginaire et de nos fantasmes sont devenues esclaves et fléau, la folie d'un journaliste prend des airs de quête de rédemption, après avoir été quête de vengeance. STYx est omniprésent, hantant les personnages comme leurs interrogations, jamais réellement décrit, toujours menaçant. La maladie comme la peur rend les héros inhumains, leur ôte tous sentiments, mais le mystère entourant les Lutins et leur ville verte Narghaï les entoure d'une aura d'étrangeté, leur enlevant, à eux aussi, tout semblant d'humanité. On ne peut que prendre en pitié les personnages, Orfeu comme Lucio, qui ne savent où chercher cette bribe d'humanité qu'ils désespèrent de retrouver en eux comme dans leurs compatriotes où même dans les Lutins.

Un roman tout en sensibilité et en noirceur, cynique et critique comme on les aime, servi avec une plume sombre et fine qui décrit un univers glauque et étrange à souhaits ! Une belle réussite tant pour Jean-Michel Calvez que pour la jeune collection Imaginaires des éditions Glyphe !

Ecrite par Zaahne, le 18 Août 2009 à 11:08 dans la rubrique Roman Sf .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb