Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Stigmate (Les voies de l'ombre - Tome 2)

 
  Camut, Jérôme & Hug, Nathalie
Edition : Télémaque 2007, 525 pages ISBN : 978-2753300422 19,50
 

Attention, le texte de cette chronique contient des informations pouvant nuire à la lecture du premier tome de la série, Prédation. Il est donc recommandé de ne pas la lire si vous n'avez pas lu Prédation, dont vous pouvez trouver la chronique à cette adresse.

Olivier Lavergne, plus connu de son bétail sous le nom de Kurtz, a réussit à échapper aux forces de police après le démantèlement de son réseau criminel. Il n'en a pas pour autant décidé de se terrer en espérant qu'on l'oublie. Loin de là. Pire, il a même décidé de faire connaître ses idées au plus grand nombre à travers les pages d'un livre. C'est donc avec beaucoup de ferveur, mais sans une once d'humilité qu'il s'attèle à l'écriture de ce qu'il appellera " Les voies de l'ombre ". Est-ce pour autant qu'il ne garde plus un oeil sur ses anciens " protégés " ? Loin s'en faut. Il leur prépare même une nouvelle surprise de taille.

De son côté Andréas Darblay essaye tant bien que mal de reprendre un vie normale avec sa fille Clara. Seulement, il a beau faire tous les efforts qu'il lui semble possible de faire, il n'arrive pas à reprendre le cours de sa vie. Il sait que Kurtz n'est pas loin, qu'il l'observe et qu'il viendra le reprendre un jour. Et ça, il ne le veut pas. Pas pour lui. Pas pour Clara. Et son obsession vire rapidement à une paranoïa aigüe à tendance violente.

Les forces de police ont mal digérées l'échec de l'affaire Lavergne. Du coup, Béranger a été remercié et Daza a été mis à sa place. Ce dernier compte bien imposer sa nouvelle patte au commissariat, même s'il sait que les hommes ne vont pas oublier leur ancien chef d'un coup de baguette magique. Et il compte bien mettre les bouchées doubles pour ne pas échouer là où l'ancienne équipe s'est complètement plantée. Mais est-il assez solide pour lutter contre un homme de la trempe de Lavergne ?

Et Rufus Baudenuit dans tout ça ?

Prédation nous faisait voir de l'intérieur toute l'horreur du système Kurtz. Avec Stigmate, on analyse de très près l'après. L'après horreur. Seulement, Jérôme Camut et Nathalie Hug le font avec intelligence et brio. Loin de nous montrer seulement des personnes détruites, ils essayent de nous confronter à différents points de vue, différentes manières d'aborder cet après. Et on peut dire que les réactions sont vraiment toutes différentes, et pourtant elles sont toutes marquées du sceau du possible. Du moins, c'est ce que je me dis. Mais cette description de l'après pose aussi la question de savoir ce qui est pire : être traité comme le sont les personnages dans Prédation ou bien être livré à soi-même après une telle histoire. La réponse pourrait paraître évidente. Elle est loin de l'être.

On notera aussi les passages de " Les voies de l'ombre " d'Olivier Lavergne tout au long de la lecture. Cette lecture fait froid dans le dos. Cependant, on doit bien avouer que certaines des remarques de Kurtz ne sont pas à jeter complètement. Il fait un peu office d'un Némo dans Malhorne, quelqu'un qui donne un coup de pied dans la fourmilière pour faire prendre conscience de certains problèmes dans la société. Bien sûr, sa solution n'est pas à retenir, mais est-ce pour autant qu'il faut fermer les yeux sur ce qui arrive à notre monde ?

La fin ouvre vers ce que sera le troisième et dernier tome de cette série. Et on a vraiment hâte de la découvrir, cette suite. Cela fait le même effet que la fin de Prédation, on demande à savoir, sans attendre, sans pouvoir attendre.

Une série à côté de laquelle on ne peut passer.

Ecrite par WongLi, le 18 Janvier 2008 à 09:01 dans la rubrique Roman Polar .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb