Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Senteur de Violettes

 
  Alexandrova, Elena
Edition : Velours 2009, 150 pages ISBN : 978-2-351-67186-3 15,90
 

L'histoire commence de nos jours dans un village de campagne où le narrateur, sa belle-soeur et sa nièce se sont retirés pour supporter le deuil causé par la mort brutale de leur frère, mari et père respectif. Leur tranquillité est perturbée par l'arrivée d'un jeune-homme étranger bien sous tous rapports qui leur demande l'hospitalité. Il tombe alors malade et reste plus longtemps que prévu. Il en profitera pour passer de longues heures à écrire un texte dont il ne veut pas parler. Mais à son départ, il laissera le manuscrit pour qu'il puisse être lu...

Et ce manuscrit constitue le corps de ce roman. Trois personnages très différents en sont les héros. Plus jeunes, ils étaient amis, ce qui dans la Ville où ils habitent est très rare. Ils sont différents et pourtant ils ont gardé contact. Matthieu est riche mais il n'est pas heureux ; sa femme qui par sa haute extraction est à l'origine de son ascension sociale l'ennuie, son appartement à la dernière mode le dégoûte et son fils dont il n'avait pas eu de nouvelles depuis des années est devenu fou. André ne jouit pas de son oisiveté et ne supporte plus le poids de la Ville et le harcèlement continuel de son ex-amie. Il s'offre donc les services de l'agence de voyage « Rencontres et aventures avec des mirages » pour s'évader de son quotidien ce qui lui permet de rencontrer Moïse, Jésus-Christ et le Petit Prince lors de ses expéditions. Alexandre semble être celui qui souffre le moins de son existence, il travaille à la Direction générale de la Sécurité et cela remplit toutes ses attentes, au point de corrompre son esprit... Il décide alors de remonter le temps pour aller tuer le mal à la racine et aller assassiner tous les tyrans de l'humanité, à commencer par Josef Staline.

Dans cet univers désespéré qui dépeint le futur de l'humanité, tous les rêves des hommes ont été atteints et tous les besoins comblés, selon les sources officielles. Il existe même des pilules pour se sentir heureux. Mais cette Ville est en fait un véritable enfer où la Nature n'existe plus que sous forme de Senteur de Violettes ou de jardin zoologique où « le dernier loup est mort de chagrin » (p.91) cinquante ans plus tôt. Le monde entier n'est qu'un désert où l'homme ne pourrait pas survivre.

On ne saisit pas forcément ce que voudrait faire passer comme message l'auteur Elena Alexandrova, car dans ce type d'ouvrages choquants, il y a toujours un message. Mais le roman est une réussite et l'on a pas envie de lire entre les lignes, on se laisse porter par l'horreur et le désespoir. On ressort différent de ce livre surprenant, ce livre qui nous permet de découvrir un exemple de ce que produit actuellement la littérature bulgare assez peu connue dans nos contrées occidentales.

Ecrite par Pantalaimon, le 16 Mars 2010 à 09:03 dans la rubrique Roman Inclassable .
Commenter cette chronique



Roman "Senteur de violettes"
Ecrit par Anonyme le 23 Avril 2010

J’ai lu le livre de cette ecrivaine Bulgare et je l’ai trouve boulversant et fort, il ne laisse pas indifferent. C’est incroyable comment des ecrivains de talent venant de petit pays comme la Bulgarie restent si meconnu du grand public!

En tout cas le message que j’ai ressenti de ce livre est que l’equilibre entre le sentiment de bonheur et de malheur, entre le progress et la decadence est bien difficile a maintenir. Le developpement technologique de l’humanite a incontestablement ameillore beaucoup de choses dans la vie quotidienne des gens d’un point de vue materiel. Cependant nous ne sommes pas que matiere nous somme egalement des etres spirituels. L’auteur decrit ce manque de developpement spirituel qui finallement nous transforme en esclaves et vicitmes du super progres technologique et materiel. Personnellement ca me fait froid au dos de penser qu’un jour la vie en societe representera une division entre les super pauvres d’un cote et super riches de l’autre et le grand vide au milieu. Et les riches seront tellement miserables spirituellement que dans la realite ils seront plus pauvres que les pauvres.

A mediter dans quelle type de societe nous voulons vivre et prendre conscience que sauvegarder l’equilbre c’est notre affaire a tous…

Répondre à ce commentaire




© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb