Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Pas de permanence en droit du travail lundi 27 mars 2017 (solidaires08)
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)



 

Requiem pour Elfe Noir

 
  Gregan, John
Edition : Mnémos 2008, 288 pages ISBN : 978-2-35408-032-7 22
 

Le Dökkalfar a perdu la mémoire. Il ne sait pas pourquoi le dernier lutin était important, qui l'aurait tué, ni de quoi il était le gardien. Il ne peut donc savoir pourquoi tant le Pecus, qui règne sur les bas-fonds, que l'Escadron Noir, dont il souffre d'avoir été exclu, et qui obéit aux ordres de la Noire Souveraine, veulent le détourner de cette mort.

Il ne comprend ni pourquoi les Effrits semblent le vénérer, ni d'où lui vient son étrange pistolet, ni ce que lui veulent Sklaera la Sylphide ou Athanase, qui se prétend Elfe de sang. Il semble comme flotter d'un danger à l'autre, d'une blessure à l'autre, d'un bout à l'autre du Ghetto cerné par le Désert Pourpre.

Ce roman étrange, crépusculaire, est d'une grande originalité. D'abord par son thème : si la science-fiction a imaginé un grand nombre de scénarii de fin du monde, jamais, et pour cause !, elle n'y a laissé les peuples Fées comme seuls survivants, et la Fantasy ne les dépeint pas, d'habitude, comme faibles, vaincus et, surtout, sans opposition humaine. Ensuite par son style d'écriture gothique, entre roman noir et alexandrins en prose, au rythme hypnotique. Enfin par ce décor de ville délabrée où le trésor des Gnomes est enfui sous une centrale nucléaire, dans une hallucinante confusion des genres.
Nul doute que ce qui séduira certains lecteurs en rebutera d'autres, mais ce roman glauque, saturé de mélancolie, ne pourra laisser personne indifférent.

De plus, l'illustration de couverture, signée Marc Simonetti, est superbe et fort appropriée, et le travail de la traductrice, Eléa Drax, est également digne d'éloges.

Ecrite par Mureliane, le 09 Juin 2008 à 11:06 dans la rubrique Roman Fantasy .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb