Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Le billet d’Audrey Vernon du 17 mars 2017 sur France inter (solidaires08)
La répression syndicale tue. Plus jamais ça ! (solidaires08)
Grève chez Unilin (solidaires08)
Solidaires en action n° 147 (9 mars 2017) (solidaires08)
Un délégué du personnel et militant SUD-Rail de Paris Saint-Lazare a mis fin à ces jours (solidaires08)



 

Quelque part entre les ombres (Blacksad - Tome 1)

 
  Canales & Guarnido
Edition : Dargaud 2000, 48 pages ISBN : 2205049658 13
 

Blacksad est présent sur le lieu d'un crime. Il a été convoqué par Smirnov, un flic qu'il connaît et qui voulait son avis sur l'affaire. Et cette démarche n'est pas innocente. La victime, Natalia Wilford, a été la petite amie du détective, il y a quelques années de cela. Blacksad avait vécu avec elle une passion prenante, qu'il n'a pas oublié. Et la mort de cette ancienne conquête semble le toucher au plus profond. C'est certainement pour cette raison que Smirnov va alors lui demander de ne pas intervenir dans l'enquête.

Chose que Blacksad ne peut évidemment pas faire. De bars louches en criminels douteux, de grand ponte intouchable en révélation fumeuse, il va avancer sur un sol plus que miné. Seulement, ne dit-on pas que les chats ont plusieurs vies ? Peut-être sera-t-il pour lui l'occasion d'en utiliser quelques-unes.

Cela fait quelque temps qu'on me parle de cette série. Je ne la connaissais pas, et n'avait rien vu dessus. Toutefois, à l'occasion de la sortie du tome trois, je me suis dit qu'il fallait peut-être que je m'intéresse à ce qui semblait être un phénomène. Et effectivement, j'aurais eu tort de ne pas sortir la tête de ma coquille.

Certes, on a un scénario ultra classique, mais mené de main de maître par Canales, jusque dans le moindre détail. Rien n'est laissé au hasard et on plonge tête la première dans cette ambiance très Mike Hammer, avec un soupçon de noir et de pessimisme en plus. Blacksad n'est pas le tombeur de ces dames et il vaut mieux ne pas trop le caresser à rebrousse poils.

Au niveau du dessin, on tombe dans un univers à la patte exceptionnelle. Un timbre unique qui nous donne l'impression d'une granularité alors que le trait est plus que précis. Le fait d'avoir utilisé des animaux en guise de personnages laisse libre court au talent monumental de Guarnido. On se retrouve avec des planches de pur bonheur, et le mouvement est ressenti de façon singulière.

Une chose est sûre : cette série ne peut laisser de marbre.

Ecrite par WongLi, le 09 Décembre 2005 à 16:12 dans la rubrique BD .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb