Liste des ouvrages - Participer   Liens

Recherche  

Coups de coeur  

Tous les coups de coeur


Session  
Nom d'utilisateur
Mot de passe

Kikekoi  
L'équipe
Contact

Ailleurs  
Face à l’urgence sociale construire une mobilisation large et unitaire dans la rue, dans les entreprises et les administrations avec les salarié-es, précaires, chômeurs-euses, étudiant-es, retraité-es ! (solidaires08)
Face à Macron, les « Solidaires » cherchent l’angle d’attaque (solidaires08)
7ème congrès national de Solidaires du 12 au 16 juin à Saint-Brieuc (solidaires08)
Sedan : Régime indemnitaire, absentéisme : lettre ouverte au Maire Didier Herbillon (solidaires08)
"inOui" à SNCF : un nouveau pas vers la privatisation ?!? (solidaires08)



 

Quand nous étions orphelins

 
  Ishiguro, Kazuo
Edition : Folio 2010, 518 pages ISBN : 978-2-07-035946-2 7,70
 

C'est tout jeune encore que Christopher Banks subit la disparition de son père tout d'abord puis celle de sa mère, l'une et l'autre tout aussi énigmatique. Entre ces deux événements s'écoulent quelques semaines au cours desquelles Christopher et son ami japonais Akira (son voisin également dans la Concession Internationale de Shanghai ) vont jouer et rejouer l'enquête menant à la libération du père de Christopher. Ils échafaudent toutes les variations acceptables à leur sens. Lorsque Mme Banks disparaît à son tour, Christopher est évacué vers l’Angleterre où une tante prendra soin de lui.C'est donc très naturellement qu'il embrasse dès qu'il le peut la profession de détective.

Des années plus tard, au coeur du conflit sino-japonais, Christopher sera enfin prêt à plonger dans les vestiges de son passé, de sa mémoire et à accéder à la vérité.

Kazuo Ishiguro signe là d'une plume sensible en diable mais totalement dénuée de sensiblerie. Son détective de renom vit ce que j'appellerais une épopée intime. Plus le paysage, l'état physique et les conditions se dégradent, plus le raisonnement de Christopher se brouille, se réduisant peu à peu à son unique obsession  retrouver ses parents.

Il s'agit d'un voyage éprouvant, douloureux au terme duquel Banks pourra confronter réalité et souvenir, s'autorisant enfin à aller au-delà de cette enfance, au-delà du destin dont il se croit missionné  " combattre le mal ". Il serait d'ailleurs injuste d'omettre d'évoquer le personnage de Sarah Hemmings, sorte de double féminin, qui croise très régulièrement le chemin de Christopher et qui, lui aussi, se sent investi d'un destin implacable.

Ecrite par Cala, le 15 Février 2010 à 11:02 dans la rubrique Roman Polar .
Commenter cette chronique







© 2001-2011 - Les Chroniques de l'Imaginaire. Tous droits réservés.
Biz : moteur Niutopia, WongLi : code, Arsenik_ : adaptation skin
Design © 2003 yassineb